×

تحذير

JUser: :_load: غير قادر على استدعاء المستخدم برقم التعريف: 387
الخميس, 31 تشرين1/أكتوير 2002 20:14

العدد 895 بتاريخ 31 أوكتوبر 2002

 

 
3ème année, N° 895 du 31.10.2002
 
LES TITRES DE CE JOUR:
 
CSJAZ: harcelement de la famille de Abdallah Zouari
Comité de soutien en faveur de H. Hammami, A. Madouri, S. Taamallah et A. Amroussia: Cَmmuniqué
Attac Maroc: Soutient à Sadri Khiari
Réalités: que fera l'opposition ?
Perspectives Tunisiennes: Histoire commentée du prix du président de la république pour les droits de l'Homme
La Presse: Etats-Unis — Immigration : Le visa plus cher, des mesures plus fermes
 
 
 
اللجنة الوطنية لمساندة الصحفي عبدالله الزواري: عائلة عبدالله الزواري تتعرض للمضايقات
قدس برس: تونس: لجنة حقوقية تتحدث عن اختفاء صحفي معارض من سجنه
صلاح الدين الجورشي : حزب جديد على الساحة التونسية
الشرق
الأوسط: السويد: إسقاط تهمة محاولة اختطاف طائرة عن الشطي
 
 
اللجنة الوطنية لمساندة الصحفي عبدالله الزواري

بيان رقم 3

عائلة عبدالله الزواري تتعرض للمضايقات
 

علمت اللجنة الوطنية لمساندة الصحفي عبدالله الزواري يوم الأربعاء 30 أكتوبر 2002 أنه على إثر تظاهرة المساندة التي نضمتها أمام مكان اعتقاله بالسجن المدني بالقيروان في اليوم السابق وقع مطابة زوجته السيدة مباركة الزواري من طرف عمدة حاسي الجربي للحضور بمقر معتمدية جرجيس و كذلك بمركز شرطة المكان.

و تعلم اللجنة أنه لم يقع إعلام عائلته لحد الآن بمكان اعتقاله الحالي بعد أن رفضت إدارة سجن القيروان تقديم التوضيحات اللازمة بخصوص المكان الذي نقل إليه. و أمام هذه الوضعية التي تبعث على الانشغال خاصة و أن السيد عبدالله الزواري يواصل إضرابا عن الطعام منذ 23 أكتوبر الجاري احتجاجا على الحكم الظالم الصادر ضده يوم 23 أوت الماضي و القاضي بسجنه مدة ثمانية أشهر توجه محاموه برسائل عاجلة إلى كل من إدارة السجون و قاضي تنفيذ العقوبات للمطالبة بإعلامهم بمصير منوبهم.

و السيد عبدالله الزواري معتقل رأي من حزب النهضة قضى عقوبة بالسجن لمدة أحد عشر عاما و أطلق سراحه بعد استكمالها في جوان الماضي إلا أنه أعيد اعتقاله بسبب رفضه الامتثال لتنفيذ العقوبة التكميلية بخصوص المراقبة الإدارية حسبما اقتضاها قرار وزير الداخلية بتحديد مكان إقامته. و سلط عليه حكم بالسجن من جديد إثر محاكمة ظالمة و اعتقل بسجن مدنين ثم وقعت نقلته إلى سجن القيروان و لا يعرف مكان اعتقاله حاليا.


تونس في 31 أكتوبر 2002
منسقة اللجنة
السيدة سهير بلحسن

 
Le comité de soutien au journaliste Abdallah Zouari

Communiqué n°3

HARCELEMENT DE LA FAMILLE DE ABDALLAH ZOUARI

Le comité de soutien au journaliste Abdallah Zouari a appris mercredi 30 octobre 2002 qu´à la suite de la manifestation de solidarité organisée par ce même comité, la veille, le 29 octobre 2002 devant la prison de Kairouuan où était détenu A.Zouari, son épouse Mbarka a été convoquée le jour même par le délégué de la région de Hassi Jerbi dans le gouvernorat de Zarzis (sud-est de la Tunisie).

Par ailleurs, l´administration de la prison civile de Kairouan s´était déclarée incapable de dire à la famille dans quelle prison se trouvait A.Zouari, alors que celle-ci le savait jusque-là détenu à la prison civile de Kairouan. Devant cette situation d´autant plus préoccupante que A.Zouari avait entamé une grève de la faim depuis le 23 octobre dernier pour s´élever contre son injuste condamnation à huit mois de prison le 23 août dernier, trois de ces avocats ont adressé d´urgence des lettres d´une part , à l´administration pénitentiaire, et d´autre part au juge d´exécution des peines pour connaître le sort réservé à leur client.

Prisonnier d´opinion (parti d´Ennahdha) qui avait éclusé sa peine de 11 ans de prison , Abdallah Zouari, avait été libéré en juin dernier mais ayant refusé d´exécuter la peine complémentaire d´assignation à résidence, ordonnée par le ministère de l´intérieur, il a été de nouveau condamné lors d´un procès inique et détenu à la prison de Médenine puis transféré à la prison de Kairouan et vers une prison inconnue depuis le 30 octobre dernier.

Pour la commission
Mme Souhair Belhcen 
 
Signons la pétition pour la libération de Abdallah ZOUARI
 
L'équipe de Perspectives Tunisiennes est totalement solidaire de l'action du Comité National de Soutien à Abdallah ZOUARI. Nous publions ci-après le texte de la pétition pour sa libération et nous appelons tous nos lecteurs et sympathisants à la signer à travers le texte de la pétition pour l'amnistie générale. Il suffit d'indiquer 02 dans le champ Code Postal du formulaire pour compléter la liste des signatures du comité A.Zouari, en même temps que celle de l'amnistie générale.
 
(Source:le site perspectives tunisiennes)

 
تونس: لجنة حقوقية تتحدث عن اختفاء صحفي معارض من سجنه
تونس - قدس برس
 
قالت لجنة حقوقية تونسية إن سجين الرأي عبد الله الزواري، لم يعد موجودا في سجنه في مدينة القيروان (نحو 180 كلم جنوب العاصمة تونس)، وأن إدارة السجن لم تخبر أفراد عائلته عن مكان وجوده.
وقالت اللجنة الوطنية لمساندة الصحفي عبد الله الزواري، التي تتكون من نخبة واسعة من الحقوقيين والصحافيين التونسيين، في بيانها حصلت وكالة "قدس برس" على نسخة منه، إنها تعبر عن قلقها الشديد، وتطالب السلطات التونسية وإدارة السجون، بإعلام أفراد عائلة الصحفي الزواري عن مكان اعتقاله حالا.
وقالت الصحفية سهير بلحسن منسقة اللجنة لوكالة "قدس برس" إن "الأمر يدعو إلى الفزع والقلق الشديدين، خاصة وأن السيد عبد الله الزواري في حالة إضراب عن الطعام، منذ 23 تشرين أول (أكتوبر) الجاري، وعلى المجتمع المدني أن يتحرك بسرعة لإنقاذ حياة مواطن مظلوم، وأب لخمسة أبناء، حرموا من والدهم لأكثر من 12 عاما".
وقام عدد من الحقوقيين والمدافعين عن حقوق الإنسان في تونس يوم أمس الثلاثاء بتجمع احتجاجي أمام السجن المدني بالقيروان، الذي يوصف بأنه أسوء السجون التونسية. وقال شهود عيان إن قوات الأمن، التي حضرت بكثافة لم تتدخل، ولكن إدارة السجن قالت إن المعتقل الزواري غير موجود لديها، وأنه نقل إلى مكان آخر لم تحدده.
وقال مزاحم، نجل الصحفي الزواري، الذي كان موجودا مع المحتجين، إنه زار والده في هذا السجن قبل فترة قريبة، ولكنه لا يعرف الآن مكانه بالضبط، وأن مدير السجن رفض مقابلته، وإطلاعه على المكان، الذي نقل إليه والده.
من جهة أخرى قالت الصحفية سهير بلحسن إن اللجنة، التي ترأسها، قدمت شكوى للجنة الدائمة للاعتقال التعسفي بمنظمة الأمم المتحدة في حق الصحفي عبد الله الزواري، كما أنها ستواصل النضال بالطرق السلمية والمتحضرة من أجل إطلاق سراحه.
يذكر أن الصحفي الزواري كان قد أطلق سراحه في شهر حزيران (يونيو) الماضي، بعد اعتقال دام 12 عاما في السجون والمعتقلات التونسية، قضى أغلبها في سجن انفرادي، وأنه أعيد اعتقاله مجددا يوم 19 آب
 
(أغسطس) الماضي، بسبب رفضه القبول بنفيه إلى بقعة نائية في الجنوب التونسي، بهدف حرمانه من حقه في العمل السياسي
 
(المصدر:  قدس برس يوم 31 أكتوبر 2002)

Soutien à Maddouri et à Amroussia

Alors que Abdeljabbar MADDOURI et Amar AMROUSSIA poursuivent leur grève de la faim, respectivement à la prison civile de Tunis depuis 14 jours pour le premier et à celle de Gafsa depuis 13 jours pour le second, et que leurs familles sont privées du droit de visite, il est urgent de relancer la mobilisation qui avait permis la libération conditionnelle de Hamma Hammami et de Samir Taamallah, pour raison de santé.
Il paraît indispensable de relancer la mobilisation, à l'approche du 7 novembre, date anniversaire de la prise de pouvoir par Ben Ali, alors que la situation sur le plan des droits de l'Homme ne cesse de se dégrader ; avec le maintien en détention de Zouhayr Yahyaoui, le webmaster du site Tunezine.com, la condamnation à 8 mois de prison du journaliste Abdallah Zouari, à sa sortie de 11 ans en détention ; il est, lui aussi, en grève de la faim et coupé de tout contact avec l'extérieur ; avec le décès de prisonniers suite à des mauvais traitements ou des grèves de la faim, avec l'irruption des forces de police dans les locaux de la LTDH à Gabes, le refoulement d'une délégation de juristes internationaux à l'aéroport de
Tunis, l'expulsion de Philippe Corcuff, sociologue et membre d'Attac France, coupable d'avoir mené une grève de la faim de trois jours de solidarité avec Sadri Khiari, toujours interdit, de façon arbitraire, de quitter le territoire et la liste est loin d'être exhaustive.
Je vous propose un texte de communiqué à l'adresse des autorités tunisiennes que je ferai partir demain vendredi 1° novembre. Vous trouverez ci-dessous le texte ainsi que la liste des membres du comité à ce jour. Tous ceux qui veulent se joindre à cet appel peuvent me répondre d'ici demain midi.
 
Comité de soutien international en faveur de Hamma Hammami, Abdeljabar Madouri, Samir Taamallah et Ammar Amroussia

Pour la libération immédiate et inconditionnelle de Abdeljabbar Maddouri et Ammar Amroussia et pour une amnistie générale en Tunisie
 

Abdeljabbar MADDOURI et Amar AMROUSSIA poursuivent leur grève de la faim, respectivement à la prison civile de Tunis depuis 14 jours pour le premier et à celle de Gafsa depuis 13 jours pour le second.
Dans un communiqué daté du 29 octobre, le Comité national de soutien à Hamma Hammami, déclare que les familles d'Abdeljabbar Maddouri et Ammar Amroussia ont été privées de leur droit de visite hebdomadaire. Sans possibilité de voir les deux détenus, elles craignent, non seulement pour leur état de santé, mais, aussi, pour les conséquences probables de sévices subis, suite à des mesures à caractère punitif que les responsables de la prison auraient prises à leur encontre.
Nous dénonçons la détention arbitraire de Abdeljabbar Madouri et Amar Amroussia condamnés au cours d'une parodie de procès, simplement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression et d'organisation politique. Rien ne peut justifier qu'ils soient aujourd'hui en prison, alors que Hamma Hammami et Samir Taamallah, condamnés pour les mêmes raisons ont bénéficié de la liberté conditionnelle.
Alors que la vie de Abdeljabbar Madouri et Amar Amroussia est en danger, le Comité exige la libération immédiate et inconditionnelle de Abdeljabbar Madouri et Amar Amroussia, la transformation de la décision prise à l'encontre de Hamma Hammami et Samir Taamallah en libération inconditionnelle et l'amnistie générale de tous les prisonniers politiques en Tunisie
Pour le Comité
Marguerite Rollinde, porte parole du Comité
Paris, le 31.10.2002

Membres du comité
Fouad ABDELMOUMNI (Vice Président de l'AMDH, Association marocaine des droits de l'Homme),
Hamida BEN SADIA (Directrice de cabinet de l'Adjointe auMaire de Paris), Abderrahim BERRADA (avocat,. Maroc),Yasmine BOUDJENAH(parlementaire européenne), Nathalie BOUDJERADA (avocate, France), Nicole BORVO, Sénatrice de Paris, Présidente du Groupe Communiste RépublicainCitoyen Anna BOZZO (universitaire, Italie), Jean Luc CIPIERE (ATTAC Rhône. France), Sonia Dayan-Herzbrun (Professeur à l'Université Paris7-Denis Diderot), Anne Charlotte DOMMARTIN (politologue, Ensemble contre la peine de mort, France), Aziz ENHAILI (politologue, Canada), Sylvain DUEZ-ALESANDRINI (coordinateur international du Leonard Peltier Defense Committee, USA), Hélène FLAUTRE (parlementaire européenne), Monseigneur GAILLOT, René GALLISSOT (universitaire, Président de Hourriya/Liberté, France), François
GEZE (éditeur, France), Mohamed HARBI (universitaire, Algérie), A.HOLBERG (Organisation communiste pour la quatrième internationale OCQI-RFA), Claudie et Benoît HUBERT (avocats, France), Hélène JAFFE (Présidente de l'AVRE, France), Abderrahim JAMAI (avocat, Président de l'Observatoire marocain des prisons), Sam Jordan (porte-parole du Comité de soutien à Mumia Abu Jamal,
USA), Ahmed KIKICH (ATGDH-Tafilalet MAROC), Alain KRIVINE (Porte-Parole Ligue communiste révolutionnaire), Ali LMRABET (Directeur de l'hebdomadaire Demain, Maroc), Cécilia MALMESTROM (parlementaire européenne), Robert MENARD (Secrétaire général de Reporters sans frontières, France), Danielle MITTERAND (Présidente de France Libertés, France), Gilles PERRAULT (écrivain, France), Jean François POIRIER, Khadija RYADI (secrétaire générale de l'AMDH, Maroc), Marguerite ROLLINDE (Secrétaire générale de Hourriya/Liberté), Suzanne ROSS, (psychologue, co-présidente de Free Mumia Abu Jamal Coalition. NYC), Léon SCHWARTZENBERG (médecin, France), Evelyne SIRE-MARIN (Présidente du Syndicat de la magistrature), Simone SUSSKIND (Parlementaire européenne), Roselyne VACHETA (parlementaire européenne), Antony WHITNEY (militant UNEF), Julia WRIGHT (Comité de soutien international à Mumia Abu Jamal et aux prisonniers politiques aux Etats-Unis).
 
(Source: Liste de discussion et d'information sur les droits humains au Maghreb)
 
Soutien à Sadri Khiari
 

 Monsieur le Ministre,
J'apprends avec désolation que mon ami très cher Sadri Khiari a été l'objet d'interrogatoires alors qu'il entreprenait une grève de la faim afin de se voir reconnaitre le droit de circuler librement à l'extérieur
de son pays.
Quelle réponse bien mesquine à une demande légitime! Que pourrait donc bien faire de nocif mon ami Sadri à l'extérieur de son pays ? Parler de la répression et des violations des droits de l'homme? L'arrestation dont il vient de faire l'objet en est une preuve supplémentaire et il n'a pas eu besoin de partir pour le faire savoir. A l'heure de l'explosion des moyens de communications (satellites, téléphones protables, internet, radios et télévisions) il est bien illusoire de penser que l'on puisse encore retenir une information dans le cadre précis d'un territoire donné.
A quoi rime, alors, de refuser à un citoyen une liberté de circulation à laquelle il a droit? Mesure de représailles, mesure vexatoire... ? Dans tous les cas, ce n'est qu'une mesure répressive illégitime qui ne peut que ternir encore davantage l'image de la Tunisie auprès des démocrates de tous les pays.
 Dans l'attente de pouvoir embrasser mon ami Sadri lors de ses prochains déplacements, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l'assurance de toute ma vigilance,

 Lucile Daumas
 Documentaliste, Attac Maroc
 
FLASH INFOS
 
A la Chambre des Députés
Une question se pose après le vote par la Chambre des Députés de l'amendement relatif aux dispositions transitaires concernant l'élection présidentielle de 2004 : les partis de l'opposition qui disposent de plus de 30 députés, nombre requis pour le parrainage, présenteront-ils un candidat unique, comme l'a déclaré le Premier ministre M. Mohamed Ghannouchi lors du débat ? Ou se contenteront-ils de se situer dans le cadre des dispositions transitoires ?

Différend
Un différend opposerait, selon certaines sources, Ismaïl Boulehya, secrétaire général du MDS, et Mohamed Ali Khalfallah, membre du Bureau Politique du Mouvement. Selon certains, ce différend pourrait s'approfondir dans les prochains jours.
Congrès
Le congrès régional de Gabès de la Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme, qui a été suspendu au moment du vote, sera repris très bientôt.
La Ligue a également programmé d'organiser les congrès régionaux de Kebili et Sidi Bouzid dans les plus brefs délais.

A la recherche d'un siège
Les responsables du tout nouveau "Forum Démocra-tique pour le Travail et les Libertés ", qui a été légalisé vendredi dernier, sont à la recherche d'un siège pour leur parti. Pour plus de commodité et pourpouvoir être proche de tous, le siège sera choisi au centre ville de Tunis, a indiqué à Réalités Mustapha Ben Jaâfar, le secrétaire général du FDTL, à condition de trouver un loyer abordable.

Réintégration

Abdelkrim Jerad, membre de l'Union régionale de l'UGTT de Sfax, est revenu sur sa démission du 18 octobre.
Cette démission, refusée par le secrétaire général, Mohamed Chaâbane, est due au non respect des motions du Congrès de Djerba par la Centrale syndicale. Un responsable de la Centrale s'est d'ailleurs déplacé à Sfax pour convaincre M.Jerad de revenir sur sa décision, ce qu'il a, visiblement, réussi.

De nouveaux membres pour le FDTL
Il est attendu que des militants du MDS rejoignent dans les prochains jours les rangs du nouveau parti " Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés ". Les bonnes relations liant ces militants aux responsables du FDTL seraient derrière ces futurs mouvements.

Distinction
Lors d'une cérémonie solennelle, organisée à l'ambassade, l'Ambassadeur de Belgique à Tunis, M. Robert Devriese, a remis le 22 octobre la Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne à l'Ambassadeur Slaheddine Ben M'barek, qui vient d'achever sa mission en Belgique.
Ont assisté à la cérémonie Mme Saïda Chtioui, Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, M. Tahar Sioud, ancien ministre du Commerce, qui succède à M. Slaheddine Ben M'barek à Bruxelles, M. Faouzi Belkahia, président de l'APB et un certain nombre d'amis du récipiendaire.
Une allocution a été prononcée par M. Devriese. Rappelons que M. Slaheddine Ben M'barek a été à deux reprises ambassadeur en Belgique, ce qui sera aussi le cas de M. Tahar Sioud
 
(Source: Le confidentiel de "Realités" Numéro 879 Semaine du 31/10 au 06/11/2002 )
 

Examen des perspectives de coopération entre les universités tunisiennes et américaines

30/10/2002-- M. Sadok Chaâbane, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie, a reçu, mercredi une délégation d'universitaires américains représentant les universités de George Washington, de Michigan et North Eastern.

Les entretiens ont porté sur les perspectives de coopération entre les universités tunisiennes et américaines. A cet égard, le ministre a signalé l'existence d'une élite de diplômés des universités américaines en Tunisie, qui travaillent dans le cadre de l'enseignement ainsi que dans la direction des affaires, insistant sur la nécessité de les mettre à contribution pour développer les liens entre les universités tunisiennes et américaines et l'échange d'étudiants et de professeurs.

Le ministre a présenté un exposé sur les caractéristiques du système d'éducation et d'enseignement en Tunisie et l'option du Président Zine El Abidine Ben Ali concernant l'investissement dans le savoir, en tant qu'outil idoine pour la construction de la nouvelle économie.

M. Sadok Chaâbane a souligne l'importance de la coopération universitaire avec les états unis et ses retombées positives au vu de la réputation dont bénéficie la tunisie et sa forte coopération avec les états de la région en matiére d'éducation et d'enseignement.

De son côté, la délégation américaine a exprimé le désir d'envoyer des étudiants américains en Tunisie pour étudier la langue et la civilisation arabes et les religions comparées et en même temps recevoir des étudiants tunisiens dans les universités américaines pour faire des études dans des domaines répondant aux besoins renouvelés de l'éconmie tunisienne.

(Source: www.infotunisie.com )

 

 

La Chambre des députés adopte un projet de loi autorisant l'Etat à souscrire à l'augmentation du capital de la société "Tunisie autoroutes"

29/10/2002-- La Chambre des députés a adopté, mardi, au cours d'une séance plénière, tenue sous la présidence de M.Foued Mebazaâ, président de la Chambre, un projet de loi autorisant l'Etat à souscrire à l'augmentation du capital de la société "Tunisie autoroutes".

Ce projet s'inscrit dans le cadre de l'accord-garantie, conclu entre la Tunisie et le Fonds arabe de développement économique et social (Fades) et relatif à l'octroi d'un prêt de 115 millions de dinars à "Tunisie autoroutes" pour la contribution au financement du projet de l'autoroute Tunis-Medjez El Bab-Oued Zarga.

Le gouvernement tunisien s'est engagé, en vertu de cet accord, à souscrire à l'augmentation du capital de la société avec un montant de 120 millions de dinars au cours de la période 2001-2005.

En réponse aux interventions des députés, M. Slaheddine Belaïd, ministre de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, a souligné que dans le cadre d'un programme ambitieux, l'Etat prévoit le renforcement du secteur des autoroutes, au cours du 10ème plan (2002-2006).

Il a fait remarquer, à ce propos, le coût élevé de la réalisation des autoroutes qui exige la construction d'échangeurs et de ponts et autres équipements divers.

Concernant l'autoroute Tunis-Tripoli, M. Belaïd a déclaré qu'un accord de principe a été conclu avec la partie libyenne pour l'étude et la réalisation du tronçon de l'autoroute Sfax-Tripoli.

(Source: www.infotunisie.com )

 

Siemens Wins in Tunisia
10.31.02

MUNICH -- The Siemens Information and Communication Mobile Group (Siemens mobile) has received an order from Tunisian mobile radio provider Orascom Telecom Tunisie (OTT) to build its GSM network. The framework contract is worth a total of 110 million euros over three years and further consolidates Siemens mobile’s position as OTT’s leading supplier.

As per the contract, Siemens mobile will provide OTT not only with the switching network but also with Intelligent Network Services (such as prepaid services), in which Siemens is the global mobile market leader. Siemens mobile is one of two suppliers for the radio network of OTT. The network is scheduled to go live in November 2002, and will initially reach around 20 percent of Tunisia’s population. Last year Siemens mobile concluded a frame agreement with Orascom Telecom Holding S.A.E., the leading mobile operator in Africa and the Middle East, to build and expand GSM mobile networks. This makes Siemens mobile one of the region’s major suppliers of mobile network equipment. Orascom Telecom Holding has various companies in 20 countries, including Egypt’s MobiNil, Jordan’s Fastlink, Orascom Telecom Algeria and Pakistan’s Mobilink. Orascom Telecom Holding and Wataniya Telecom have signed last week a joint venture agreement to jointly develop and operate OTT.

"Siemens mobile and our two parent companies Orascom Telecom Holding and Wataniya Telecom have worked together for many years. We would like to extend now this outstanding cooperation to Tunisia, and to quickly establish here a GSM mobile network with international quality standards. We know that Siemens mobile is an efficient partner in terms of speed and network quality”, says Jean-Pierre Roeland, OTT’s Chief Executive Officer.

السويد: إسقاط تهمة محاولة اختطاف طائرة عن الشطي

 

استوكهولم ـ لندن : «الشرق الأوسط»
تخلت السلطات السويدية امس عن تحقيقاتها في تهمة محاولة اختطاف طائرة التي وجهتها الى المواطن السويدي من اصل تونسي كريم الشطي بعد اعتقاله في اغسطس (آب) الماضي وفي حقيبته مسدس بينما كان يهم بالصعود الى طائرة متجهة الى بريطانيا. الا ان الشطي قد يتابع بتهمة حيازة سلاح. وكانت السلطات السويدية قد افرجت عن الشطي، 29 عاما، الشهر الماضي بعد ان امضى اربعة اسابيع في السجن بتهمة التخطيط لاختطاف طائرة متجهة الى لندن. وجاء قرار الافراج اثر اعلان المدعي العام توماس هاجسترويم ان درجة الاشتباه في الشطي في ما يتعلق بهذه التهمة قد خفت، مضيفا انه سيواصل متابعة تحقيقاته. واعتقل الشطي، وهو من اب تونسي وام سويدية، في 29 اغسطس (آب) في مطار في منطقة فايستراس على مسافة 100 كيلومتر شمال غربي استوكهولم بعد ان وجد موظفو امن مسدسا في حقيبة اليد التي كان يحملها. واعترف الشطي بحيازته السلاح لكنه نفى انه كان يخطط لاختطاف الطائرة.
وابلغ الشطي المحققين بأنه كان يعتزم التوجه الى مدينة بيرمنغهام البريطانية لحضور مؤتمر اسلامي. وحظيت قضيته باهتمام عالمي اثر ورود تقارير زعمت انه كان ينوي صدم الطائرة بالسفارة الاميركية في استوكهولم، وهو ما نفته السلطات السويدية. وقال هاجسترويم ان المسدس الذي ضبط في حقيبة الشطي «كان حسب روايته بحوزته منذ فترة وانه جلبه معه (الى المطار) سهوا». ويواجه الشطي تهمة حيازة سلاح ثان كشفت عنه التحقيقات وقد يواجه السجن لغاية اربع سنوات، حسبما افاد هاجسترويم.

(المصدر:  «الشرق الأوسط» الصادرة يوم 31 أكتوبر 2002)


حزب جديد على الساحة التونسية
 
بعد سنوات من الانتظار والصبر، وتحديدا منذ أبريل 1994، تسلم الدكتور مصطفى بن جعفر وصل الاعتراف بحزب "التكتل الديمقراطي من أجل العمل والحريات".
 
ويصبح هذا الحزب رابع تنظيم سياسي يمنح ترخيصا بالنشاط في عهد الرئيس زين العابدين بن علي.
 
جاء هذا الاعتراف بمثابة الحدث السار للأطراف السياسية، بما في ذلك أشدها تشاؤما وراديكالية على الساحة التونسية. لكنه في الآن نفسه، أثار عديد التساؤلات من بينها، لماذا اختارت السلطة هذا التوقيت لتضفي الشرعية القانونية على تنظيم سبق أن رفضت طلبه في مناسبتين؟ وهل تندرج هذه الخطوة التي رحبت بها جميع الأطراف الديمقراطية ضمن توجه رسمي أوسع نطاقا يهدف إلى تنقية المناخ السياسي العام وتحقيق ما وصفه البعض بـ "المصالحة الشاملة"، أم أن الأمر لا يتعدى الإجراء المحدود لتسوية ملف معزول؟ وما هي نوعية الإضافة التي يمكن أن يحققها الحزب الجديد لوضع سياسي يعتبره الكثيرون راكدا ويعاني من كثرة الفرامل والقيود؟

فمنذ الاستفتاء الذي حسم إشكالية ترشح الرئيس بن علي للانتخابات الرئاسية لأكثر من دورة قادمة، والناشطون في الحقل السياسي ينتظرون إجراءات يعتقدون بأنها قد تخفف من حالة الإحباط التي يشكو منها البعض، وربما تخلق ديناميكية على أكثر من صعيد.

فقطاعات واسعة من النخبة التونسية، تتابع بكثير من الحسرة التحولات الديمقراطية التي يشهدها أكثر من بلد عربي، مثل الانتخابات الشفافة التي عاشها المغرب لأول مرة في مسيرته السياسية، أو الانتخابات البلدية التي جرت في الجزائر ولم تلجأ الإدارة إلى تضخيم نسب المشاركة فيها، رغم استمرار ظاهرة العنف وتمرد المناطق الأمازيغية.

لهذا، ربطت أكثر من جهة بين قرار الاعتراف بحزب "التكتل"، وبين الذكرى الخامسة عشر لاستلام الرئيس بن علي السلطة في البلاد، حيث عبرت حركة الديمقراطيين الاشتراكيين، التي كان بن جعفر أحد مؤسسيها، عن أملها في أن تكون هذه المبادرة "مؤشرا لفتح آفاق أرحب للحريات والاعتراف ببقية الأحزاب والجمعيات لإعطاء نفس جديد للحياة السياسية يمكن من تفجير الطاقات الكامنة لخدمة مصلحة تونس في نطاق الإصلاح والمصالحة".

والجدير بالذكر أن هناك عددا من التنظيمات السياسية والجمعيات التي تنتظر الاعتراف القانوني، مثل "الحزب الشيوعي العمالي التونسي" الذي أطلق سراح زعيمه حمة الهمامي قبل أكثر من شهر، والذي أصبحت قيادته أميل إلى ترسيخ تقاليد النشاط العلني بعد سنوات طويلة من السرية. كما ينتظر د. منصف المزوقي ورفاقه الاعتراف بحزب "المؤتمر من أجل الجمهورية".
 
تطور نحو الانفراج؟
 
وأكد بن جعفر في تصريح لسويس انفو، أن تسوية وضعية التكتل "تعكس تطورا في موقف السلطة التي اقتنعت بأن الاعتراف بالحزب هو الحل الأفضل، وربما أصبحت تميل إلى الاعتقاد بأن الديكور الديمقراطي لم يعد يف بالحاجة، وأنه قد حان الوقت لإنعاش الحياة السياسية". وهو إذ يقر بوجود عوائق كثيرة تحد من نمو أحزاب المعارضة، خاصة فيما يتعلق بغياب حرية الصحافة، إلا أنه يعزو ضعف هذه الأحزاب إلى ما وصفه بالمواقف المتخاذلة، وتخلي الكثير منها عن وظيفتها الأساسية كسلطة مضادة عندما قبلت السكوت عن انتهاك الحريات.

ومن هذه الزاوية، أكد السيد بن جعفر على أن التأشيرة "ليست هدفا في حد ذاتها، إذ مع أهميتها كأداة للتحرك، ستساعد الحزب على الاستقطاب وتحقيق الانتشار، إلا أنها لن تغير من طبيعة الحزب المتمسك بمواقفه السابقة، كما لن تؤثر على خطابه النقدي للأوضاع السياسية والاقتصادية أو على علاقاته بالسلطة وبالقوى الديمقراطية".

فالحزب الذي سيعطي الأولوية الآن لبناء هياكله على الصعيدين المركزي والجهوي، وسينشط لجان التفكير التابعة له من أجل بلورة بديله السياسي والاقتصادي، سيحافظ على موقعه داخل "الوفاق الديمقراطي"، وسيواصل "تشجيع كل المبادرات التي تهدف إلى خلق توازنات سياسية جديدة".

ولم ينف بن جعفر احتمال أن يكون الاعتراف بالحزب مندرجا ضمن ترتيبات السلطة للانتخابات الرئاسية والبرلمانية التي ستجري عام 2004، لكنه ألح على ألا تصبح أجندة السلطة الهاجس الأصلي والمهيمن على اهتمامات الحركة الديمقراطية المطالبة، حسب اعتقاده، بالتركيز على وضع الحريات "غير المريح"، والأزمة الاقتصادية التي "لا تقل خطورة عن الأزمة السياسية".
 
صعوبة التفاؤل
 
ولا يتوقع كثيرون بأن يؤدي الاعتراف بحزب جديد إلى تغيير المشهد السياسي التونسي. فهذا الحزب يحتاج لوقت طويل حتى يتمكن من تطوير هياكله واختبار قدراته على الاستقطاب والانتشار، وسيواجه نفس الصعوبات التي تتعرض لها الأحزاب القانونية المتمسكة بوظيفتها النقدية، لكنه بالـتأكيد، سيعزز من نواة القطب السياسي الذي يُعرف بالتحالف الديمقراطي، والذي تتقاطع خطواته مع حركة التجديد والحزب الشيوعي العمالي التونسي.

هذا التقارب والتنسيق المرشح للتطور بين هذه التنظيمات الخمسة قد يكتسب أهمية سياسية خلال المرحلة القادمة، خاصة وقد بدأ الإعياء يظهر جليا على بقية الأحزاب، إما نتيجة خلافاتها الداخلية الحادة أو التباعد السياسي الواسع فيما بينها، إضافة إلى ارتهانها الكبير لأولويات الحكم.

والسؤال المطروح قبل أيام من الشروع في احتفالات السابع من نوفمبر هو، هل في جعبة السلطة قرارات أخرى من شأنها أن تحقق الانفراج الذي تنشده أوساط سياسية واسعة، حتى لا يكون الإجراء الأخير مجرد حدث عابر؟ سؤال أصبح من الصعب جدا الإجابة عليه في ضوء التجارب التونسية السابقة، خاصة وأن المؤشرات التي بدت خلال الأيام الماضية جاءت متناقضة، إن لم نقل إنها كانت أقرب إلى السلب منها للإيجاب.

فقد أصدرت مؤخرا اللجنة المركزية للحزب الديمقراطي التقدمي لائحة شديدة اللهجة، تشن فيها هجوما على السلطة، وتؤكد من جديد إيمان الحزب بأن موعد 2004، موعد الانتخابات الرئاسية والتشريعية، "يطرح رهانين كبيرين، يتعلق الأول بشرعية النظام السياسي المرتقب، ومدى استناده على الإرادة الشعبية والوفاء بالوعود، ويتعلق الثاني، بالمعارضة السياسية المستقلة وقدرتها على تقديم البديل عن الحكم الحالي".

فهل يمكن في ضوء ما سبق القول، بأن الوضع السياسي التونسي مرشح للدخول في حركية جديدة بعد ركود دام أشهر؟
 
صلاح الدين الجورشي - تونس
 
 (المصدر:  سويس إنفو يوم 31 أكتوبر 2002)

Tunisie : que fera l'opposition ?
 

L'année politique qui s'annonce est porteuse de plusieurs échéances importantes. C'est ainsi que le RCD tiendra son congrès ainsi que d'autres partis politiques et, comme chaque année, on se pose des questions sur ce que fera l'opposition, ses projets et ses problèmes. Déjà certains signes sont malheureusement significatifs de l'état de léthargie dans laquelle se trouve confinée l'opposition.

A qui la faute ? Lors des dernières élections législatives et municipales partielles, seuls le PUP et le PSL, en plus d'un candidat indépendant, ont participé à l'élection législative partielle de la circonscription du Kef alors que le RCD était seul à présenter des candidats aux élections municipales partielles de Sejnane, du Kram, de Ghraïba et de Douar Hicher. La non participation des partis de l'opposition est motivée par plusieurs considérations, certaines de principe comme c'était le cas pour Ettajdid et le PDP, et d'autres d'opportunité politique ou tout simplement parce que ces partis n'avaient pas pu réunir le nombre suffisant de candidats. Le nombre de voix obtenues par les listes de l'opposition n'a pas dépassé 1% dans la circonscription du Kef, ce qui était en quelque sorte "conforme" à ce que l'on attendait au vu de la campagne menée par les candidats dans la circonscription du Kef.

Dans quel état les partis de l'opposition entament-ils la nouvelle année politique ? La situation varie d'un parti à l'autre. Pour le MDS, les derniers mois ont vu l'amorce d'une nouvelle dynamique de conciliation qui n'en finit pas et à laquelle participent les trois tendances du Parti, celle de l'actuel secrétaire général Ismaïl Boulahia, la tendance de Mohamed Moaâda et la troisième, celle de Taïeb Mohsni. Le démarrage des travaux de la commission désignée à cet effet a été laborieux et on a eu parfois le sentiment que le processus était au bord de la rupture mais la dynamique de réconciliation et de consensus semblerait l'emporter, et il est probable que le congrès du MDS se tienne au cours de l'année 2003. Ce congrès aura, bien entendu, à définir la ligne politique du parti qui sera déterminée par les rapports de force qu'il générera. A ce propos, plusieurs questions se posent sur le rôle que le MDS aura à jouer dans la vie politique nationale, le contenu de son projet, ses rapports avec le pouvoir et les autres partis de l'opposition.

Pour le Parti de l'Unité Populaire, les choses se posent différemment. Le dernier Congrès de Bizerte a consacré le consensus qui prévaut au sein du Parti par la réélection sans surprise de Mohamed Bouchiha au Secrétariat général et la constitution d'un Bureau Politique dans lequel figurent la plupart des membres de l'ancienne direction, mais ce consensus n'a pas empêché des débats animés pendant les travaux du Congrès. Bien avant le Congrès de Bizerte, l'accent a été mis sur la volonté du PUP de s'ouvrir à des personnalités politiques et de la société civile. De tous ceux dont on avait le plus parlé, deux se retrouvent au Bureau Politique et le troisième, Abdallah Chabbi, dont on avait annoncé l'adhésion au PUP après un passage à l'UDU, n'a pas été élu au Conseil Central. La question est de savoir si d'autres adhésions se feront surtout au niveau de la base et des régions, là où le parti a le plus besoin de militants et de cadres. Avec une direction confirmée, le PUP aura à relever de nombreux défis qui sont d'ailleurs ceux de tous les partis de l'opposition, à savoir la définition d'un programme clair et cohérent, une plus grande démarcation par rapport au RCD, une plus grande présence sur le terrain et davantage de crédibilité.

L'UDU, qui tiendra dans les prochaines jours un Conseil National extraordinaire, a connu au cours des dernières semaines quelques tensions, que certains ont assimilées à des signes d'une crise, mais dont il convient cependant de relativiser les dimensions qui ont plutôt un caractère limité. Lors du dernier Conseil National, quelques critiques ont été émises au sujet de certains aspects de l'activité et de l'orientation du parti, mais elles n'ont pas été relayées par un mouvement au niveau des structures et il convient de rappeler à ce propos les déclarations de M. Abderrahmane Tlili à notre journal et dans lesquelles il a réaffirmé le caractère démocratique de son parti et la nécessité du débat. Un nouvel élément est cependant apparu au cours des dernières semaines, il s'agit de la décision du Bureau Politique de geler les activités d'Ahmed Ghandour, qui s'était porté candidat à une commission de la Chambre des Députés malgré l'avis contraire de la direction du Parti -il a été élu grâce aux voix des députés RCD. Ces questions et bien d'autres seront sans doute débattues au sein du Conseil National, mais il est très peu probable qu'elles aient une incidence significative, et tout porte à croire que le prochain congrès se tiendra dans des conditions normales et consacrera les orientations de la direction actuelle.

Le "Forum", huitième parti politique légal en Tunisie

Vendredi dernier, M. Mustapha Ben Jaâfar, a reçu, au siège du ministère de l'Intérieur, le visa légal du Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés.
C'est en avril 1994 que le Dr. Mustapha Ben Jaâfar a présenté aux Services du ministère de l'Intérieur une demande de visa pour la création d'un parti politique : le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés. Cette demande a été réitérée le 1er novembre 2001. Il y a quelques semaines, les Services compétents du ministère de l'Intérieur ont demandé à M. Ben Jaâfar de changer quelques articles du statut du parti afin qu'il soit en conformité avec la Loi sur les partis politiques.
Le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés est le quatrième parti politique à avoir reçu le visa légal après le Changement du 7 Novembre. Les trois autres sont le Rassemblement Socialiste Progressiste, devenu depuis son dernier congrès le Parti Démocratique Progressiste, l'Union Démocratique Unioniste et le Parti Social Libéral.
Le FDTL devient ainsi le huitième parti politique en Tunisie après le RCD, le MDS, le PUP, Ettajdid, l'UDU, le PDP et le PSL.
Le Bureau Constitutif du Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés comprend huit membres dont quatre avaient appartenu à la direction du MDS avant la crise de 1992. Il s'agit de MM. Mustapha Ben Jaâfar, Abdellatif Abid, Mohamed Bennour, Mouldi Riahi. Les quatre autres membres appartiennent à d'autres horizons politiques, M. Tijani Harcha était dirigeant du MUP, M. Ali Romdhane, syndicaliste a été élu membre du Bureau Exécutif de l'UGTT au dernier congrès de Djerba , M. Omar Mestiri avait appartenu au RSP et M. Khélil Zaouia militant de gauche indépendant.
Le PDP continue sur la voie définie par son dernier congrès et il poursuit un objectif qui semble prioritaire pour sa direction : promouvoir un pôle démocratique qui grouperait, en plus du PDP, le Mouvement Ettadjdid et d'autres formations qui n'ont pas encore d'existence légale. Des contacts ont été pris, des réunions ont eu lieu, mais les choses ne semblent pas avancer pour diverses raisons dont la plus importante est l'attitude à adopter à l'égard des islamistes, Ettajdid ayant à ce sujet une position ferme maintes fois affirmée par ses dirigeants, et c'est sur cette question que les approches des partenaires du pôle démocratique divergent. Cependant un nouvel élément peut faire évoluer la situation. Il s'agit, selon certaines sources, d'un changement de la position de Nejib Chebbi à l'égard de la question islamiste, qu'il aurait exposé dans un document soumis au Bureau Politique de son parti et dans lequel il considère qu'une alliance avec les islamistes n'est pas envisageable dans les conditions actuelles, tout en affirmant que son parti continuera de militer pour la reconnaissance du droit de toutes les formations politiques à une existence légale et l'amnistie générale.
Ce changement contribuera-t-il à lever les réticences d'Ettajdid ? Dans cette perspective, le projet de pôle démocratique pourrait avancer.

Telle est la situation qui prévaut au sein de quelques partis de l'opposition. Ces différents éléments ne manqueront pas d'avoir des effets sur l'évolution de la vie politique nationale. Les problèmes de fond de l'opposition demeurent et notamment sa capacité à présenter un projet capable de mobiliser de plus grandes franges de l'électorat. Il y va de son avenir mais également de la crédibilité du processus démocratique en Tunisie. Pour cela il est urgent de taire les querelles de personnes et de dépasser les différends internes.

Hatem Ben Aziza

 

 

M. Mustapha Ben Ja‚far :
"Notre voie demeure inchangée"

Dans une interview qu'il nous a accordée et dont on lira le texte intégral dans la partie arabe, M. Mustapha Ben Jaâfar a affirmé le caractère positif des initiatives prises par le Pouvoir dont notamment l'obtention du visa pour son parti, mais il considère qu'elles doivent être globales et déclare que "le signe véritable de l'ouverture est que la décision doit être globale et difficilement réversible. L'essentiel est que la décision ne soit pas partielle".
Répondant à la question de savoir si la reconnaissance de son parti est due à un accord ou à un compromis, il a répondu : "Nous ne sommes pas de ceux qui acceptent la reconnaissance en contrepartie de l'abandon de positions et d'options que nous avons choisies lors de la création de notre parti, et les fondateurs du FDTL sont connus pour la constance de leurs positions".
A propos de la composition du Bureau Constitutif du parti, M. Mustapha Ben Jaâfar affirme que ses membres ont milité ensemble pour la démocratie et les libertés et qu'ils ont été tous victimes, lors de la création du parti, de mesures d'exclusion.
Concernant l'appartenance du Forum au pôle démocratique, il a affirmé que le parti respectera ses engagements et que le pôle s'inscrit dans une action visant à mettre fin au déséquilibre du rapport des forces politiques dans le pays, et à l'émiettement qui n'a aucune justification dans le traitement de questions essentielles. Pour cela, ajoute M. Ben Jaâfar, "nous poursuivrons notre action pour consolider ce pôle et nous nouerons des rapports avec les autres partis qui partagent notre ambition et nos convictions", et il a annoncé à ce propos que le Congrès Constitutif aura lieu à la fn de 2003.

De quel apport sera le FDTL à la vie politique nationale ?

A cette question, M. Ben Jaâfar a répondu :"Ce que nous constatons sur la scène politique et les résultats officiels des élections expriment le déséquilibre des rapports de force. Ce phénomène n'est pas en rapport avec les résultats enregistrés par tel parti ou la nature de ses dirigeants, mais plutôt avec l'absence de conditions d'une véritable compétition entre les partis en présence et la partialité de l'Administration en faveur du parti au pouvoir".
M. Ben Jaâfar considère que l'obtention du visa touche les conditions de l'exercice des activités de son parti, mais qu'en dehors de cela, la voie tracée par le FDTL demeure inchangée, que les relations du parti avec le Pouvoir ne sont pas déterminées par l'obtention du visa et que son attitude sera déterminée par l'évolution que connaîtront les positions du Pouvoir.
A propos des élections de 2004, M. Mustapha Ben Jaâfar a affirmé que l'obtention du visa n'a pas changé la situation du parti par rapport aux élections de 2004 puisque, comme tous les partis non représentés au Parlement, il est exclu de cette échéance malgré son caractère légal.


 

Histoire commentée du prix du président de la république pour les droits de l'Homme

Ali Kibdi
Contrairement à ce que le lecteur peut penser, la nature des bénéficiaires du prix du président de la république pour les droits de l'homme est hautement significative du cas que fait le régime de ces droits. L'examen des bénéficiaires successifs de ce prix illustre bien la difficulté croissante du régime à maintenir la "façade" propre, malgré toutes les acrobaties. Au moins, le président Bachar El Assad, grand ami de la Tunisie, ne s'est pas embarrassé de formalisme en déclarant que la s"ociété civile est une création de l'impérialisme...". Nos gouvernants n'ont qu'à déclarer que les droits de l'homme sont la création des "néo-colonialistes" et qu'on en finisse avec ces mascarades qui n'amusent plus personne.

 


08/11/1992 M. Federico Mayor, Directeur général de l'UNESCO, remet le prix de l'UNESCO pour l'enseignement des droits de l'Homme, au titre de l'année 1992, à l'Institut arabe des droits de l'Homme, représenté en la personne de son président, M. Hassib Ben Ammar C'est lui le grand responsable de cette innovation ridicule.
01/12/1993 Promulgation du décret instituant le "Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme" décerné aux "personnalités, organisations, institutions et organismes qui se sont distingués par d'éminents services dans le domaine des droits de l'Homme, leur consolidation, leur développement et la diffusion de leur culture sur les plans national, régional ou mondial". Comme par hasard, l'institution du prix est promulguée juste l'année suivante. 
10/12/1993 Célébration par la Tunisie, sous la présidence du Président Zine El Abidine Ben Ali, de l'anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme et remise du "Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme», au titre de l'année 1993, à M. Hassib Ben Ammar, Président de l'Institut Arabe des Droits de l'Homme Le prix est attribué à la même personne, comme s'il s'agissait d'effacer un acte qui n'est pas celui du président.

10/12/1994

Célébration de la Journée mondiale des droits de l'Homme sous la présidence du Président Zine El Abidine Ben Ali qui remet le "Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme" au titre de l'année 1994 à la militante algérienne dans le domaine des droits de l'Homme, Mme Saïda Benhabylès. C'est là où les ennuis commencent. A qui attribuer le prix, parmi les nationaux, sans faire du bénéficiaire un personnage? On se rabat sur les personnalités régionales.

09/12/1995

Célébration de l'anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme, sous la présidence du Président Zine El Abidine Ben Ali qui remet le "Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme", au titre de l'année 1995, à M. Rachid Driss, Président du Comité Supérieur des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales. Là, c'est le Conseil Supérieur créé par le président qui bénéficie du prix du président. On ne peut pas être mieux servi!
10/12/1996 Célébration de l'anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme sous la présidence du Président Zine El Abidine Ben Ali qui remet, à cette occasion, le "Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme" pour l'année 1996 à Mme Sadako OGATA, Haut Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés. C'est le même embarras. Les personnalités régionales ou mondiales sont là pour nous secourir.
09/12/1997 Le Président Zine El Abidine Ben Ali préside la cérémonie d'ouverture de la célébration de l'anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Homme et décerne "le Prix du Président de la République des Droits de l'Homme" de l'année 1997 à "l'Union Tunisienne de Solidarité Sociale". C'est toujours la création du président qui bénéficie du prix du président.
10/12/1998 La Tunisie célèbre le Cinquantenaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. A cette occasion, le Chef de l’Etat préside, au palais de Carthage, une cérémonie au cours de laquelle il remet le «Prix du Président de la République pour les Droits de l’Homme» pour l’année 1998 au Professeur Abdelfattah Amor. Il fallait bien trouver quelqu'un!
10/12/1999
A l'occasion de l'anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, une conférence nationale sur le thème "Les Droits de l'Homme à l'orée du XXIème siècle" se tient à Tunis, à l'initiative d'un ensemble d'associations tunisiennes opérant dans le domaine des droits de l'homme Là on ne parle du prix du président de la république. Bizarre!
11/12/1999

Le "Prix du Président de la République pour la Promotion de la Famille" pour l'année 1999 est remis à un certain nombre d'associations qui se sont distinguées dans les domaines de la protection de la famille, de la défense et de l'insertion sociale, de l'assistance apportée aux handicapés, de la promotion de l'emploi et de l'habitat. A-t-on recyclé le prix pour l'année 1999? On n'en trouve nulle trace. C'est une année de sécheresse pour les droits de l'homme. Plus que les autres années.
09/12/2000 La Tunisie célèbre le 52ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Le Président Zine El Abidine Ben Ali préside, à cette occasion, une cérémonie au cours de laquelle il procède à la remise du Prix du Président de la République pour les droits de l'Homme au titre de l'année 2000 à l'association du Croissant Rouge Tunisien C'est le croissant rouge! Les pauvres, ils doivent être les premiers à être étonnés.
10/12/2001 Le Chef de l'Etat remet le Prix du Président de la République pour les Droits de l'Homme pour l'année 2001 à la Fédération tunisienne des sports pour handicapés
Encore une trouvaille. C'est la fédération tunisienne des sports pour handicapés. Combien d'handicapés font du sport en Tunisie? Sûrement moins que les détenus politiques.
10/12/2002 Pronostic de Perspectives
  1. L'association Tunisienne des Commerçants de Souk El Bey
  2. La Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme
  3. L'adjudant  chef Coulibaye chef des rebelles zinzins de Côte d'Ivoire
  4. Le directeur de la prison du 9 avril à Tunis
  5. Le président Bachar El Assad
Les paris sont ouverts.
(Article publié le 30 octobre 2002 à 12h40 sur le site perspectives tunisiennes)
 

Etats-Unis — Immigration

Le visa plus cher, des mesures plus fermes

Le consulat des Etats-Unis a organisé hier une rencontre avec la presse pour faire le point sur les nouvelles mesures d’octroi des visas et les nouvelles réglementations sécuritaires appliquées par les services d’immigration américains.

Présidé par Mme Allison Lee (vice-consul) et M. Philip Breeden, directeur du centre culturel américain, le point de presse avait pour but principal d’expliquer les nouvelles mesures ou plutôt la déclaration consulaire concernant les demandes et l’octroi des visas pour les Etats-Unis.

Ainsi, à partir du 1er novembre 2002, les frais du visa international (non-immigrant) s’élèveront à 100 dollars, les frais actuellement étant de 65 dollars.

Les frais encourus, est-il expliqué, ont pour objet de couvrir les coûts pour la gestion des services relatifs au visa international (non-immigrant).

Base de données

Le deuxième point concerne les nouvelles réglementations sécuritaires qui sont résumées par l’acronyme Nseers — traduit en système d’enregistrement des entrées-sorties pour la sécurité nationale, qui comprend un ensemble de règles sécuritaires dont INS — service d’immigration et naturalisation.

L’objectif de ce programme, affirme-t-on, est de développer une base de données efficaces relative aux visiteurs des Etats-Unis d’Amérique. Des procédures similaires sont déjà largement utilisées dans le cas des services gouvernementaux, bancaires et autres aux Etats-Unis et en Europe.

Le système Nseers requiert la prise des empreintes digitales et de photos de certains visiteurs aux portes d’entrée dans les aéroports américains. Le visiteur identifié doit être enregistré lors de son arrivée et de son départ. Cet enregistrement requiert que le visiteur soit pris en photo. Le visiteur sera également tenu de déclarer le motif de son séjour ainsi que sa durée. La personne désirant rester aux Etats-Unis plus de 30 jours sera interrogée dans le district du service d’immigration et de naturalisation le plus proche ou par un bureau représentatif.

Le visiteur devra notifier au service d’immigration et de naturalisation dans un délai de dix jours, tout changement d’adresse de sa résidence, du lieu de son emploi ou de son établissement sécuritaire.

Deux à trois mois…

Le visiteur devra s’assurer que son départ est enregistré par le responsable du contrôle désigné par le service d’immigration et de naturalisation qui se trouve au niveau des portes d’entrée - sorties spécifiques dans les aéroports américains. La liste de ces portes est disponible dans les bureaux du service d’immigration et de naturalisation ou sur le site web.

Les nouvelles mesures, qui pourraient causer des désagréments, concernent tout le monde et non une population donnée, explique M. Breeden, ajoutant que l’objectif est de ne pas voir se répéter les événements horribles du 11 septembre 2001. Quant aux délais d’octroi de visa, la vice-consul nous apprend que tous les cas sont étudiés individuellement et qu’elle «est en contact permanent avec Washington pour résoudre ou réduire les délais d’attente…». Il faut remarquer qu’aucun délai précis n’a été fourni durant le point de presse, mais «il vaut mieux s’y prendre le plus tôt possible pour présenter sa demande…deux à trois mois. C’est le délai moyen pour obtenir son visa, mais les cas différent…», conclut Mme Lee.

D’autre part, M. Breeden nous apprend qu’actuellement trois hauts responsables appartenant à de prestigieuses universités américaines sont en visite à Tunis.

Ces administrateurs américains auront l’occasion de s’entretenir avec leurs homologues tunisiens, des responsables de haut niveau dans le domaine de l’enseignement et de la coopération internationale ainsi que des étudiants et autres personnes chargées des programmes d’échanges internationaux.

H.H.

(Source: La presse du 31- 10 2002)

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l'aide précieuse de l'association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62

127 22 Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail:
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 

To Subscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
To Unsubscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
ِA
rchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn

 


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées d’un grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, l’équipe de TUNISNEWS n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « L’équipe TUNISNEWS » n’expriment pas les points de vue de la rédaction.

 

** L'équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes d’orthographe ou autres dans les textes qu’elle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil

31octobre02


Mesure d'audience et statistiques
Classement des meilleurs sites, chat, sondage

قراءة 627 مرات آخر تعديل على الأحد, 22 أيار 2016 22:17