الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

02Janvier11f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
10 ème année, N° 3876 du 02.01.2011
archives : www.tunisnews.net
 

Syndicaliste à Sfax: Rassemblement du 2 janvier 2011 devant le siège du syndicat régional de l'UGTT à Sfax
RFI: Tunisie : arrestation d’un militant politique en rapport avec les évènements de Sidi Bouzid
AP: Desperate act leads to unrest in Tunisia
CADTM Afrique:Communiqué -  En solidarité avec le peuple tunisien
Jeune de solidarité avec Fahem Boukaddous
El Watan: La situation s’enlise en Tunisie  - Les affrontements gagnent d’autres villes
Rue89: Bochra Beljaj Hamida "Les Tunisiens, fatigués d'un pays tenu par quelques familles"
Ahram Online: In Egypt, activism escalates, spurred by Tunisian riots and local violence
Mideastposts: Tunisia – Battle moves to Media for Hearts & Minds
Omar Khayyam: Dernier réveillon à Carthage
Taoufik Ben Brik: "Sidi Bouzid, mon amour"
Fausto Giudice : De Sidi Ifni à Sidi Bouzid : la révolte logique des Bac + contre la dictature des Bac –
Fatma et Khemais Ksila: Decès du militant M.Abdelkader DARDOURI - Condoléances

Pétition demandant la démission de Zine el-Abidine Ben Ali

  Rassemblement du 2 janvier 2011 devant le siège du syndicat régional de l'UGTT à Sfax

Un rassemblement de travailleurs et de jeunes a eu lieu ce matin devant le siège du syndicat régional de Sfax pour soutenir les habitants de Sidi Bouzid dans leur vaillante intifada contre le pouvoir répressif dictatorial hostile aux droits des travaileurs et des opprimés. Les protestataires ont scandé de nombreux slogans.

Et malgré le nombre relativement important des manifestants le Secrétaire général du syndicat régional a refusé de prendre la tête d'une manifestation reprochant aux personnes rassemblées d'avoir ignoré ses consignes. Des éléments à sa solde ont scandé des slogans conformes à la propagande du régime.

Les manifestants ont répondu par d'autres slogans tels que : « Victimes du soulèvement de Rdayef manifestez votre solidarité! », « Le mouvement continue et les collabos dehors !», « A bas le tortionnaire du peuple !», « A bas le parti du destour !», « le droit de manifester est notre droit!», « le droit à l'expression est notre droit! »

Des manifestants ont pris la parole pour dénoncer la répression des protestataires par les forces de la police mobilisées contre les mouvements populaires et ces forces ont été effectivement mobilisées en grand nombre dans les rues proches du siège du syndicat régional de façon à encercler de façon étroite les protestataires.

Arrestations :

Il a été procédé à l'arrestation de 6 jeunes étudiants immédiatement après ce rassemblement et ils ont été aussitôt relâchés après le contrôle de leurs identités. Il s'agit de : Adel Zouidi, Ouahid abbas, Ayman Tahri, Hassan Fadel, Naziha Msayhiya et Fatma Meftah.

Signé : Un Syndicaliste à Sfax
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
Le dimanche 2 janvier 2011

Tunisie : arrestation d’un militant politique en rapport avec les évènements de Sidi Bouzid

Par RFI  le 2011-01-02 07:10
Tunisie/Social
En Tunisie, Ammar Amroussia, porte-parole du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (parti illégal ) et correspondant du journal Al-Badil, (L’Alternative), a été arrêté dans la ville de Gafsa le 29 décembre par les autorités tunisiennes. On est sans nouvelle de lui. Sa famille et à ses avocats craignent le pire. La veille, le militant tunisien avait pris la parole au cours d’une manifestation au centre de Gafsa, suite aux troubles sociaux qui ont secoué la région de Sidi Bouzid, dans le centre-ouest du pays au mois de décembre, faisant trois morts.
Ammar Amroussia a été interpellé le 29 décembre dans sa ville de Gafsa. Ce militant politique membre du Parti communiste ouvrier tunisien, parti illégal en Tunisie, avait la veille animé un meeting interdit en soutien au mouvement social de Sidi Bouzid. Depuis sa famille et ses avocats n’ont pas eu de nouvelles, ni sur son lieu de détention ni sur les raisons de son arrestation.
Pour Aïda, sa fille étudiante à Paris, cela ressemble à un enlèvement politique qui fait craindre le pire. Ammar Amroussia a déjà connu la torture, la détention, la clandestinité.
Ce soulèvement parti de Sidi Bouzid à la mi-décembre, il tenait à l’accompagner à sa façon. Car de l’avis de nombreux Tunisiens, il se passe quelque de nouveau dans le pays. Un avis partagé par Aïda Amroussia, la fille du militant tunisien :
« Ce qui change c’est que les gens n’ont plus peur de protester, de manifester. La répression n’arrive plus à les étouffer. Il y a tout un mouvement social qui touche tout le monde, les jeunes, les avocats, les diplômés, les couches sociales touchées par le régime de Ben Ali. Tout le monde proteste contre ce régime ».
Après les avocats, les diplômés chômeurs, c’est autour des lycéens de rentrer dans le mouvement de protestation et d’appeler via Facebook à un mouvement de grève nationale dans les lycées de Tunisie pour le 3 janvier.
 
(Source: rfi.fr le 2 janvier 2010)
 

Desperate act leads to unrest in Tunisia


Associated Press Bouazza Ben Bouazza, Associated Press – Sun Jan 2, 9:15 am ET
It started with a young man who set himself on fire, acting out of desperation after police confiscated the fruits and vegetables he sold without a permit.
Mohamed Bouazizi was a 26-year-old university graduate without a steady job, trying to support his family. His self-immolation — which left him in intensive care, wrapped head to toe in white bandages — shocked the North African nation and sparked protests over unemployment that have led to at least three deaths.
For decades, Tunisia has promoted itself as an Arab world success story, a place where the economy is stronger than in neighboring countries, women's rights are respected, unrest is rare and European tourists can take stress-free vacations at beach resorts.
But the recent protests have exposed a side of Tunisia that the country has long tried to hide: the poverty of the countryside, poor job prospects for youths and seething resentment at the government of President Zine El Abidine Ben Ali, who has ruled Tunisia with an iron fist since 1987.
Groups including the International Monetary Fund have praised Tunisia for holding up relatively well during the global economic crisis, and the country had growth of 3.1 percent in 2010, according to government figures.
Unemployment is the weak spot, at nearly 14 percent last year. The situation is worse outside the capital and tourist zones, in regions like Sidi Bouzid in the center-west, where Bouazizi lived.
It's also worse for educated youths. In a country where schooling has been emphasized for decades, 80,000 educated graduates enter the job market every year, and there isn't enough work for them.
Frederic Volpi, a North Africa scholar, says Tunisia has been "an overachiever in terms of promoting itself" despite its problems of political and civil rights and the economic imbalance between the successful regions and the countryside.
"What is surprising is not so much that we now discover that there are problems in Tunisia," said Volpi, a senior lecturer at the University of St. Andrews in Scotland. "The surprise for people who actually analyze the region is, how come the international community, the media and observers could be fooled previously by the rhetoric of the Tunisian success story?"
Ben Ali's government tolerates little public dissent and has been caught off guard by the discontent. A U.S. diplomatic cable released by WikiLeaks called Tunisia a "police state" and says Ben Ali has lost touch with his people.
Ben Ali said the protest violence was manipulated by foreign media and hurt the country's image. He replaced the communications minister in a government reshuffle, but retained the interior minister despite opposition calls to oust him.
He also ordered the prime minister to mobilize authorities nationwide for a 6.5 billion dinar ($4.5 billion) plan to create jobs for Tunisians with university diplomas — a substantial sum for a country of only 10 million people.
But the opposition says the government's response has been inadequate and that the protests are fueled not only by unemployment but by the lack of human rights.
The protests "show a profound crisis and illustrate a pressing need for change that would bring a return of confidence to citizens so they can lead lives that are free and dignified in their homeland," said Nejib Chebbi, founder of the Progressive Democratic Party
The protests started in Sidi Bouzid soon after Bouazizi's Dec. 17 suicide attempt. Police confiscated his goods, and an officer slapped him in front of passers-by, his supporters say. He tried to lodge a complaint, but authorities refused to accept it. Desperate, he doused himself with gasoline and set himself on fire in public.
The self-immolation touched off demonstrations in neighboring towns, and later, in other regions.
Police opened fire at one protest, killing an 18-year-old. Another 44-year-old who was wounded by a bullet at the same protest died of his injuries Friday in the hospital, the man's family said.
At another protest, a 24-year-old jobless protester was electrocuted after announcing he wanted to end his life and mounting a high-voltage electricity pole.
Demonstrators have set police cars ablaze and threw firebombs at official buildings. Lawyers marched in several cities Friday in solidarity with demonstrators.
Opposition politicians say dozens have been arrested.
The unrest has gone with little mention in Tunisia's media, which is heavily controlled by the state.
But there was one surprising and potentially encouraging sign. Private station Nessma TV broadcast a program Thursday about the protest movement — a show without precedent in Tunisian history for its treatment of a politically sensitive subject.
In it, Sidi Bouzid's residents spoke of their suffering and complained of corruption, nepotism and impunity of those in power. Mounir Souissi, local reporter for the German news agency DPA, called the program "a true turning point — if it lasts."
 
 
Communiqué
Gafsa-Paris
 
JEUNE DE SOLIDARITE AVEC FAHEM BOUKADDOUS

Le 2 janvier 2011
Fahem Boukadous, journaliste tunisien a été condamné à une peine d’emprisonnement de quatre ans pour avoir couvert le mouvement de protestation du bassin minier de 2008. Il effectue sa peine d’emprisonnement à la prison de Gafsa dans des conditions inhumaines. Atteint d’asthme, il devrait être soigné et sa place est à l’hôpital et non en prison.
Chaque lundi, son épouse, Afef Bennaceur, lui rend visite en prison.
Nous annonçons que nous observerons, comme chaque lundi, une nouvelle journée de jeûne demain lundi 3 janvier, et tous les lundis qui suivront jusqu’à sa libération.
Safia Mestiri, Sana Elmahidelli Msahli, Sarra Saïdi, Jawaher Chenna, Safa Mansouri, Karima Boussetta, Belkis Rakia, Hajer Zaatour, Mouna Harrabi, Fadhila Ben Fkih, Hannan Aroussi, Hamida Dridi, Lina Ben Mhenni, Dalel Zaïbi, Ghezala M’hamedi, Zakia Dhifaoui, Faten Khlifa, Ahlem Ben Jaffal, Najoua Rezgui, Monia Abid, Radhia Nasraoui, Zina Nooman, Najet Hosni, Samia Abbou et Marguerite Rollinde ont annoncé qu’elles se joindraient à cette action en observant demain une journée de jeûne de solidarité.

Afef Bennaceur,  (00 216) 23 696 300
Luiza Toscane, (00 33) 06 77 80 68 80

La situation s’enlise en Tunisie
Les affrontements gagnent d’autres villes 


La situation semble se corser en Tunisie. Les émeutes se sont poursuivies ce week-end dans plusieurs villages de la région de Sidi Bouzid.
 Le décès d’un manifestant, Chawki Hidri, 43 ans, vendredi matin, des suites de blessures par balle reçue au cours des affrontements violents du 24 décembre à Menzel  Bouzayane, une localité à 60 km de Sidi Bouzid, a provoqué une nouvelle onde de choc et attisé la colère de la population qui a réinvesti la rue pour protester contre la répression. Des manifestations de soutien à la population de cette région ont également été organisées durant le week-end à Tunis et dans d’autres villes du pays. Des manifestations violemment réprimées, notamment à Grombalia, Sousse, Monastir, Mahdia, Gafsa et Jendouba.

Vendredi, des avocats ont été malmenés par la police à Tunis et dans d’autres villes, alors qu’ils tentaient d’exprimer leur appui à la population de Sidi Bouzid. Les avocats répondaient à l’appel du conseil de l’Ordre d’appuyer le mouvement de protestation sociale de Sidi Bouzid en portant des brassards rouges devant tous les tribunaux de Tunisie. Selon un communiqué signé par le bâtonnier Abderrazak Kilani, de «nombreux avocats ont été frappés, pourchassés et insultés» par des policiers. «Certains d’entre eux ont vu leurs robes déchirées et leurs brassards arrachés par des policiers déployés en très grand nombre autour des tribunaux et jusque dans les salles d’audience», ajoute-on dans le même communiqué. Le conseil de l’Ordre dénonce ainsi «un usage sans précédent» de la force et une sauvage agression visant à faire taire les avocats.

Contacté hier par nos soins, Jalal Zoghlami, militant des droits de l’Homme, prédit le pire pour les jours à venir : «La situation risque de s’aggraver. La protestation sociale prend de plus en plus de l’ampleur. Les gens en ont marre et ne semblent plus avoir peur de la machine répressive déployée par le régime de Ben Ali. Le mouvement de contestation va continuer tant qu’il n’y a pas d’actions concrètes et palpables au profit des populations déshéritées.» Pour M. Zoghlami, le réaménagement du gouvernement qui s’est produit dans la foulée des troubles sociaux ne change rien à la donne sociale des plus explosives, avec un chômage endémique et un sentiment d’abandon généralisé.

Pas de réponse concrète
«Le discours du président Ben Ali, très attendu, n’a rien apporté de concret. La population n’a plus peur et ne compte plus se laisser faire», ajoute-t-il. Ce militant des droits de l’Homme estime que «le point fort de ce mouvement de contestation, c’est qu’il est porté essentiellement par les jeunes issus des régions défavorisées». Ces jeunes, rongés par le chômage et la misère sociale, n’ont rien à perdre. Au contraire, ils sont en train d’ébranler le régime de Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans. M. Zoghlami estime que le régime tunisien a toujours vécu dans la peur. Selon lui, «c’est un pouvoir policier qui gouverne par la répression et la corruption». Ce vent de contestation a commencé de la région de Sidi Bouzid le 17 décembre 2010, avant de s’étendre à d’autres régions. À l’origine de ce soulèvement populaire d’ordre social, une tentative de suicide d’un jeune diplômé de 26 ans, vendeur ambulant de fruits et légumes, qui s’était fait confisquer sa marchandise et humilier par la police municipale. Le climat reste ainsi tendu, comme le confirme M. Zoghlami, à Sidi Bouzid comme à Tunis, qui risque d’être le théâtre d’affrontements dans les prochains jours.

Mokrane Ait Ouarabi
(Source: "El Watan" (Quotidien - Algerie) le 2 janvier 2010)
"Les Tunisiens, fatigués d'un pays tenu par quelques familles"
Created 01/02/2011 - 19:01
Entête large: 
 

L'avocate engagée Bochra Beljaj Hamida détaille pour Rue89 les caractéristiques de cette mobilisation « sans précédent ».
 

(De Tunis) Me Bochra Beljaj Hamida était dans le cortège d'avocats malmenés par la police le 30 décembre devant le tribunal de Tunis. La veille, elle faisait sa première apparition télévisée sur la chaîne tunisienne privée Nessma TV, qui a brisé le verrouillage médiatique [1] en diffusant une émission spéciale sur le mouvement de protestation.
 

Mais surtout, Bochra Beljaj Hamida est une figure des revendications démocratiques, du fait d'avoir obtenu la grâce de plusieurs condamnés à mort du temps de Habib Bourguiba [2]. Elle considère le mouvement né à Sidi Bouzid [3] comme sans précédent et défend plus que jamais un processus démocratique pour la Tunisie.

Je suis entré en contact avec elle la veille de notre entretien. Des policiers en civils avaient cependant été tenus au courant de ma visite chez elle à Tunis. Ils m'ont suivi quelques heures, sans intervenir.

Rue89 : Le mouvement social continue à prendre de l'ampleur avec des manifestations dans l'ensemble du pays. Va-t-il se poursuivre ?

Bochra Beljaj Hamida : Sans aucun doute ! C'est un mouvement sans précédent en Tunisie. Les gens se retrouvent dans les revendications sociales portées à Sidi Bouzid. Ils en ont assez de la corruption, de la précarité et de ce pouvoir qui n'est pas élu démocratiquement.

Dans les cortèges, certains manifestants traitent le Président de « lâche », de « voleur », comme un délinquant de droit commun en somme. Cela ne s'était jamais produit auparavant. Car l'Etat ne parvient pas à aborder les Tunisiens comme des citoyens, nous sommes infantilisés par des technocrates qui sont loin de la vraie société.

Revenons au cas des jeunes diplômés, en Tunisie [4]. Il n'est pas possible de valider un certificat d'aptitude au travail sans soudoyer un fonctionnaire. Aussi, il ne faut pas confondre : les manifestants ne demandent pas à l'Etat de leur trouver un travail mais dénoncent le fait que, sur le marché de l'emploi, les choses ne se font jamais dans la transparence et avec justice.

On ne peut pas reprocher au gouvernement de n'avoir rien fait en matière d'emploi, des programmes ont été lancés depuis plusieurs années, mais à cause d'une corruption systématique, on perd tout ce qui a été fait. Le blocage économique est là !

Nous voulons un dialogue avec les citoyens, que les gens puissent investir et travailler librement et que cela soit une réelle volonté politique.

Finalement, le mouvement social est né à Sidi Bouzid mais il aurait très bien pu voir le jour ailleurs…
 

Ce n'était pas le premier suicide d'un jeune dans une situation de précarité sociale comparable. Sidi Bouzid a été l'étincelle et la contestation s'est propagée dans tout le pays.

Paradoxalement, le calme est actuellement revenu à Sidi Bouzid car la présence policière y est très forte, mais aussi parce que le gouvernement a acheté les bonnes personnes, tout en donnant l'illusion d'une écoute en limogeant les responsables locaux.

Sauf que la grogne n'est pas propre à Sidi Bouzid et que c'est tout une masse de Tunisiens qui souhaitent exprimer leur ras-le-bol de la politique menée par le gouvernement. Ils sont fatigués de la propagande, de la corruption et du fait que le pays soit tenu par quelques familles.

Vous remarquerez que je parle du gouvernement, je ne veux pas personnaliser la lutte car, plus qu'une personne, nous voulons changer tout un système.

Pourquoi les avocats sont-ils si mobilisés ?

Nous nous sommes sentis solidaires. L'Ordre des avocats est engagé pour les droits humains. Mais, surtout en Tunisie, nous sommes l'un des rares corps élus, et de manière libre et démocratique.

Le bâtonnier n'est pas nommé par le gouvernement, nos décisions sont précédées de débats et de campagnes libres.

Le mouvement des avocats suit-il l'arrestation brutale de Me Abderraouf Ayali et Me Equité et Choukri Belaïd ?

Oui, certains avocats avaient manifesté spontanément, en début de semaine, en soutien au mouvement social de Sidi Bouzid. Me Ayali et Me Belaïd ont pris la parole et la police les a considérés comme les chefs de file du mouvement des avocats.

Le lendemain, la police politique, directement commandée par le palais présidentiel, a enlevé brutalement Me Ayali et Me Belaïd. Abderraouf Ayali a été menacé et gravement maltraité. Puis, le lendemain, il a été relâché.

Deux cents avocats ont alors décidé collectivement de dénoncer cette répression devant le palais de justice, avec le port du foulard rouge en signe de ralliement. Vous connaissez la suite : nous avons été sauvagement réprimés, les avocats comme les avocates !

Ce qui m'a choquée, c'est que ce sont des policiers en civil qui sont intervenus et que tout a été fait pour que les choses ne se passent pas dans le calme, pour que cela dégénère. (Voir cette vidéo agitée postée sur YouTube par un participant à la manifestation)

Lors de son intervention télévisée vendredi, le président Ben Ali paraissait mis en difficulté…
 

Je crois que le gouvernement réagit brutalement car il est fragile. Contrairement au discours officiel, le mouvement de contestation n'est pas manipulé à la base, il s'agit de manifestations quasi spontanées de gens qui appellent à en finir avec ce système politique. C'est un signal d'alarme fort pour le gouvernement !

Le Président est désormais devant un choix. Si sa réponse est un simple remaniement ministériel, il n'a rien compris aux attentes des Tunisiens. On a changé de ministre de la Communication, mais moi je dis « liberté, pas de ministère de la Communication » tout court !

Nous sommes dans un mouvement important, décisif, le gouvernement doit faire le choix d'un processus démocratique et non celui de la répression.

Vous avez participé à l'émission de Nessma TV consacrée à la situation à Sidi Bouzid, qui n'a pas été censurée. C'est un autre précédent porteur d'espoir ?

Peut-être un précédent sans suite ? L'émission n'a pas été rediffusée.

Disons qu'il ne faut pas voir le gouvernement comme un seul bloc. Il y a une complexité interne, certains tirent vers l'avant alors que d'autres maintiennent une position qui défend une logique de contre-information et de répression. Le gouvernement est bousculé en son sein. Ben Ali est tiraillé entre plusieurs tendances, voire plusieurs clans.

En Europe, nous restons prudents face à ce type d'évènements, en raison de la récupération éventuelle des islamistes. Qu'en pensez-vous ?

C'est le statu quo qui renforce les extrémistes. Plus on avance, plus il y a un processus démocratique fort, plus il y a des forces de dialogue et moins la société s'islamise. C'est une bataille culturelle, une question de société. Mais il faut bien rappeler que les islamistes n'aiment pas la démocratie.

Les Européens se trompent complètement : en Tunisie, ce sont les syndicats et les militants des droits de l'homme qui portent le mouvement, pas les religieux.

En France l'UMP agite aussi la menace islamiste. Pourquoi ? Parce que Chirac et Sarkozy n'ont jamais considéré les Tunisiens sur un pied d'égalité. Ils nous ont toujours perçus comme des colonisés.

Internet est-il une interface majeure dans la construction du mouvement social ?

Le mouvement revêt un autre caractère sans précédent : il y a de plus en plus de jeunes cherchant à s'engager. On a pu penser qu'un certain confort pourrait dissuader les nouvelles générations mais les gens qui ne sont pas nés avec Bourguiba se mobilisent fortement.

Un dynamisme d'autant plus fort que tous les nouveaux réseaux sociaux type Facebook, Twitter… sont des moyens très efficaces d'organisation contournant la censure.

En Tunisie, tous le monde connaît ce qu'est un proxy [système de contournement de la censure sur le Web, ndlr]. La plupart sont téléchargés depuis la Chine où la technologie a été très développée.

Pour les mobilisations à venir, Facebook est la première source d'information.

(Source: Rue89 le 2 janvier 2010)

Lien: http://www.rue89.com/2011/01/02/les-tunisiens-fatigues-dun-pays-tenu-par-quelques-familles-183378


In Egypt, activism escalates, spurred by Tunisian riots and local violence

 
 
Yasmine El-Rashidi, Saturday 1 Jan 2011
 
 
 
In an ominous turn, Egyptian activists have declared solidarity with Tunisian rioters. They are set to demonstrate in downtown Cairo on Sunday, in a protest that may unite causes, condemning Saturday's church bombing too
 
 
 


Egypt’s youth activist population is itching to revolt. Typically locally-focused, their activities -- which range from demonstrations and protests to ardent pledges, statements, and calls for Egyptians to unite -- have recently taken an interesting turn: in solidarity with insurrection-afflicted Tunisia.

Rioting in Tunisia, a North African coastal Republic that lies 2000 kms from Egypt, erupted two weeks ago, when a 26-year-old Tunisian man, driven to depression by unemployment, attempted suicide by setting himself on fire. His act instigated riots by Tunisian youth in the town of Sidi Bouzid, who took to the streets in protest of wide-spread government corruption and unemployment.

Much like Egypt, where the government fast clamps down on any dissent, containing protestors and crushing the prospect of dissident revolt, Tunisia is governed by equal tyranny. The regime of President Zine El Abidine Ben Ali operates the popular European tourist destination as a police state, tolerating little in the way of critique. That the Tunisian riots lasted two weeks, spreading to several cities and claiming at least three lives, came as a surprise.

The Tunisian youths’ violent revolt, and their evident breaking point at the hand of a dictatorship that led them to take risks with their lives, has ruffled the feathers of neighbouring governments who fear similar prospects at home. It has also stirred the interest and intrigue of equally disenfranchised Egyptian youth, whose discontent has led to small-scale protests and stone-throwing, but never outright revolt.

A largely French-speaking country that shares little in common with Egypt save for a colonized past and economic woes, Egyptians have little affinity for Tunisians. That they have been prompted to declare fervent solidarity is revealing of the state of a nation, of pent up frustration, and of a desire to find reason to strike out in their rally for change. If the Tunisians can do it, why not us, Egyptian youth activists have said.

The unity with youth rioters in Tunisia mounted online, with bloggers and activists taking to Facebook and twitter to declare solidarity and support. In a search of tweets that are tagged #sidibouzid and #egypt, hundreds of entries come up. The Tunisian struggle is the Egyptian one, activists here are saying. It is also an Arab one.

“#tunisia #egypt #sidibouzid we are one. Down with arab dictators”, one Cairo-based tweeter wrote.

“Remember that the regimes of #Tunisia #Algeria #Egypt #Syria #Morocco #Yemen #Jordan have this in common: they r THIEVES #sidibouzid” wrote another.

In Egypt, a nation governed by Emergency Rule, much political activism and dissent happens online. It is somewhat easy to muster the courage to post 140 characters in support of a fight against authoritarian regimes and the wide-spread unemployment that afflicts youth across Egypt and the Arab world. But to take to the streets in support of a cause that extends beyond national borders, is unusual.

The demonstration on Sunday, which will be held in downtown Cairo’s Talaat Harb Square – named after the leading Egyptian economist and nationalist who established Banque Misr in 1907 – is being fervently promoted by a variety of youth activist groups. Among them, the 6th April Movement, whose 6th April demonstration in Cairo last year ended in police brutality, is especially active.

In a series of declarations released by the group via email, Facebook, and blogs, they expressed empathy with the situation faced by Tunisian youth. Citing it as a regional affliction, they have offered to commit all their resources to helping further publicize the situation and bring media attention to the strife, which activists say government’s have tried to downplay and hush. Or, in the case of the United States – known to be a source of pressure on regional governments – has completely ignored.

“#sidibouzid : Should Tunisians make #suicidal #attacks to attract local and foreign media immediately ????? #tunisia #egypt #tunisie” one activist wrote following the bombing on an Egyptian church early Saturday that immediately received worldwide attention.

“Lesson of the day in Middle East: Terrorism= lots of media coverage, democratic revolution: little media coverage. #sidibouzid #Egypt”, another tweeted.

This region-wide solidarity may well be the first step in the revival of a different form of activism across the Arab world. For Egypt, the pro-active response to the strife in Tunisia comes on the back of a frustrating few months that revealed simmering dissent and an ominous turning.

Egypt’s parliamentary elections, which took place last month, were witness to wide-spread violence, vote-rigging and corruption at the hands of the government’s security apparatus and a bevy of thugs. The opposition was pulverized in the elections, giving the ruling National Democratic Party (NDP) a sweeping, corruption-bought win. Several deaths were reported at the hands of state security and NDP thugs – allegations the government has denied. Opposition groups have since said they will unite to form a parallel parliament and government.

In the days before that, clashes broke out between police and activists near the Pyramids in Cairo, following a government moratorium on construction on a Coptic Christian community centre in the area. The demonstrators wielded banners and chanted slogans protesting persecution of Egypt’s minority Christian population and calling for an “Egypt for all”. The protest ended with two people dead and over one hundred detained.

The demonstration on Sunday could go one of two ways. It may be halted completely by State Security, or it could turn into a much broader appeal that is indicative of what is to come. Egyptians awoke this Saturday morning to news of 21 deaths at the hands of a terrorist attack and suicide bombing targeting Christian Copts outside a church in Alexandria – an incident that claimed the lives of Muslims too, and yet another act of persecution that activists have long rallied against. By this afternoon, clashes had already broken out between the police and protesters denouncing the attack.

The cumulative and unprecedented peak of discontent - of the elections, the persecution, and the long-standing economic troubles that plague the majority of the nation’s 80 million population - may very well serve to unite disparate groups of activists and politicians, bringing them together in a larger, more forceful movement for change. And the example of Tunisia, and the courage its youth have displayed in risking their lives, may very well be the impetus Egypt’s own youth and activists need to take their activities to a new level of vitality. The question, this time, is how fast the government will react and what measures it will take to crush any imminent threats to its stability and rule. The planned demonstration may very well serve as an indicator and forewarning of what is to come.

(Source: Ahram Online le 1er janvier 2010)
lien: http://english.ahram.org.eg/News/2982.aspx

Dernier réveillon à Carthage


Ce sont les dernières minutes de 2010 en Tunisie. Un air de tristesse et d’angoisse enevloppe le majestueux Palais de Carthage. Les centaines de gardes présidentiels sont, comme toujours,  sur le qui-vive, mais leur nervosité ce soir est perceptible même pour l’observateur distrait. Le général est seul. Une voix insistante, obsédante lui dit qu’il est en train de célébrer son dernier réveillon au Palais de Carthage. La prédiction de sa voyante, Al-Hajja Zohra, lui revient soudainement à l’esprit. Le regard hypnotisant de la vileille dame illuminée lorsqu’elle prononça sa phrase fatidique reste à jamais gravé dans la mémoire du général.
Les appartements prédidentiels ne sont égayés par aucune musique, aucun rire ni même l’esquisse d’un sourire. Les bouteilles de champgane, qui d’ahbitude profitaient du 31 décembre pour éclater de joie,  restent étrangement silencieuses. Les débordements se passsent ailleurs.
Leïla a disparu du Palais depuis quelques jours. Ella l’a laissé seul avec ses téléphones qui n’arrêtent pas de sonner. Dès qu’il décroche le téléphone, le général ne dit pas "bonsoir" ou "bonne année", mais crie comme un chien enragé: " Encerclez-les !’,"Tabassez-les !" ou "Arrêtez-les !". Il profite des courts moments de silence entre deux coups de fils pour allumer la énième cigarette et boire un peu de café. Le tabac et le café noir ne font qu’empirer son état de nervosité extrême.
À minuit, il est encore au téléphone. Tous ses subalternes lui affirement que la fièvre qui agite quelques villes depuis deux semaines est retombée pendant les dernières heures de 2010, mais il ne fait plus confiance à personne. Il ne cesse de donner l’ordre à ses forces de répression de continuer les patrouilles et les ratissages nocturnes. 
Finalement, les téléphones se calment dès la deuxième heure du premier jour de 2011, mais le général ne dort pas. Il sait , mieux que personne, que la nuit est porteuse de tous les dangers. Il ne se couchera qu’aux premières lueurs du jour. Il contninue de fumer en faisant les cents pas dans les couloirs du Palais. Malgré l’air un peu frisquet de l’aube, il décide d’aller voir la mer. Il se dirige, traînant les pieds, vers l’une des terrasses qui donnent sur la baie de Carthage. Il voit partout des gardes présidentiels, figés comme des statues. Il s’approche du rivage et contemple la mer modérément agitée. En face, sur l’autre rive de la baie, il décèle de petites taches de lumières décorant la majestueuse montagne de Boukornine. La douce musique des vagues arrive à calmer, le temps d’une brève trêve, les nerfs extrêmement tendus du général.
 Après ce court moment de méditation, il retourne lentement à ses appartements. Soudain, il s’arrête. Il assiste pour la première fois depuis qu’il s’est installé à Carthage à un spectacle insolite:  dans ce Palais où, depuis 23 ans, dès qu’on entend le mot culture, on dégaine son révolver, un agent de la garde présidentielle est en train de lire un livre sous un réverbère ! Attrapé en flagrant délit de lecture, l’agent panique et laisse tomber le livre par terre. Le général n’a pas assez de forces pour gronder le garde un peu trop lettré. Il se contente de ramasser calmement le livre. Il lit le titre en remuant silencieusement les lèvres: L’automne du patriarche…

(Source: Le blog d´Omar Khayyam le 1er janvier 2010)
Lien:
http://omarkhayyam.blogsome.com/2011/01/01/dernier-reveillon-a-carthage/
Tunisia – Battle moves to Media for Hearts & Minds

Three minutes into Zine el-Abdine Ben Ali’s speech on the two weeks of protests in his country, his phone rang. Already moving through his address in maladroit prose, the president became visibly more stiff and uncomfortable as a cell phone rang through several sections of his speech. He leaned inward, clasped his hands together, extended his arms out — palms down on a wide desk — and then leaned back again. It seemed as if Ben Ali believed that by moving his mouth toward the cluster of microphones sitting in front of him he could drown out the generic ring-tone chirping in the background. The mysterious phone phone call has become the butt of many jokes among Tunisians (and other Arabs).

He had spent most of the first portion of the speech outlining his sympathy for the unemployed and recent and historical achievements by the state in education and human development, citing recognition from the United Nations and its specialized agencies as “the embodiment of a fundamental choice consistent in our policy toward building an educated population.” The phone began to ring as he discussed “dialogue” between various social elements to consolidate “gains and achievements, particularly harmony, security and stability” while not exaggerating the impact on particular events. The ringing went on during this choice passage:

Also, it is unacceptable for a minority of extremists and provocateurs, against the interests of their country, to use violence and rioting in the streets as a means of expression, whatever the form in a state of laws such as ours. This gives a negative and un-civil appearance, creating a distorted picture of our country hindering investors and tourists, reflecting on the job creation we need to reduce unemployment.

It continued to ring into Ben Ali’s fourth point:

[. . .] We reaffirm the need to respect freedom of opinion and expression and will ensure their consolidation in law and in practice and we respect any position if it is expressed within the framework of compliance with the law, rules and ethics of dialogue.

Big ideas in Ben Ali’s speech by @Houeida. (Note: Employment, Unemployment, the Law)

Dialogue has become a rally word for government partisans. A Tunisian active in the ruling RCD party’s youth section admitted to this blogger that their “messaging will rely on this point. If there are people with complaints they can do this peacefully, they do not need demonstrations and violence.” A variety of like-minded Facebook groups coming from this perspective are now active. The young people in the streets would surely contest their primary assumptions and characterizations of their behavior. While Ben Ali visited Mohamed Bouazizi in the hospital and met with the families of other young men from Sidi Bouzid with glossy pictures distributed to the press.

“Enough of the violence! Talk.”

Like the president, these groups’ ring-leaders believe the whole affair has been exaggerated. Opportunistic opposition elements and a shameless Al-Jazeera, they seem to say, have blown the whole thing out of proportion and are damaging Tunisia’s international reputation, as the image below (taken from one such group) shows. 

The protestors, who come from a variety of backgrounds, would likely point to something more like the image below and here (and the testimony here) as a reason for the protests’ spread and sustainment.

Al-Jazeera Arabic and English have covered the protests, using the limited footage available. Their websites feature articles on the protests that in parts directly contradict the official narrative. Other news agencies, especially the wire services and the LA Times, have picked it up as well, although the latter has kept most of its critical reporting on its MENA blog, “Babylon and Beyond” (the LA Times also published this interesting op-ed in April). Stringers from the wire services often appear to hold back in their reporting on the riots and demonstrations, likely for fear of reprisal from the security forces. Mainline north American and European newspapers have not covered the story in depth. The key American papers like New York Times and Washington Post, for instance have very little coverage of any of the Sidi Bouzid events or their aftermath. Le Monde and Figaro, for what should be obvious reasons have given more coverage in recent days. Brian Whitaker at the Guardian has followed the disturbances with his typical skill and insight. By accusing the foreign media of stoking and exaggerating the protests, Ben Ali and his supporters end up looking like their confidence has been shaken by a “minority of extremists” rather than the stewards of a rapidly advancing society where dissent is hard to find not because of a tightly managed police but by fully bellies and “moderation”. Round the world, there has been relatively little coverage of the Sidi Bouzid events, mainly because the government’s media blackout has been effective; that has not meant that the protests have stopped or that the government has been successful in placating the crowds. Word has gotten out, though, as have images and videos. The Chinese media have even covered the protests.

Though many of the North African states have “liberalized” their economies in the last ten to twenty years — often achieving impressive growth rates and increases in living standards — development has often been conspicuously uneven and official responses callus. Corruption, favoritism and nepotism have made privatization and foreign investment difficult for young people without the right connections to take advantage of liberalization. Elite handling of these development gaps has frequently relied on putting the lid down on dissent — hard. Protests like the ones at Sidi Bouzid, and now Tunis and elsewhere, are common in Algeria. Youth protests shut down the roads into Baraki, a suburb of Algiers, yesterday. Other such protests occur almost weekly to an extend where only the most most violent make it to the newspapers.

In the last five years when economic growth has increased in North Africa, youth riots and political protest have become increasingly common and notable. The LA Times piece mentioned above is useful in that it points out the structural problems in the Tunisian economy that make it difficult for the country’s well educated youth to capitalize on their skills because of the country’s reliance on European tourism and other low-skilled sectors. Like youths in other Arab societies with “benevolent” dictators and beautiful landscapes, many educated Tunisians find themselves prisoners of their country’s “comparative advantages.” While youth frequently suffer from economic and social problems disproportionately in Arab societies (due to their large numbers), they are almost never alone in these hardships.

Tunisia’s demonstrations are not restricted to angry youths; 300 lawyers protested in Tunis to protest government policy and show solidarity with the unemployed at Sidi Bouzid (some were arrested). Others who have spoken out have been arrested. A trade union demonstrated outside the Ministry of Education building and the government blacked a rally at Gafsa. Government forces have reportedly begun night raids against union and opposition organizers. The constituency and issue pallet for the demonstrations is expanding.

Brian Whitaker writes:

[. . .] we are seeing the breakdown of a long-standing devil’s compact where, in return for submitting to life under a dictatorship, people’s economic and welfare needs are supposedly taken care of by the state.

Officially, unemployment levels in Tunisia are around 13% though in reality they may be higher – especially among university graduates. According to one recent study, 25% of male graduates and 44% of female graduates in Sidi Bouzid are without jobs. In effect, they are victims of an educational system that has succeeded in providing them with qualifications that can’t be used and expectations that can’t be met.

The regime also seems to have overdone its trumpeting of Tunisia’s economic progress. If those claims are true, people ask, what happened to the money? One answer they give is that it has gone into the pockets of the Ben Ali family and their associates.

“The First Lady,” Dr Larbi Sadiki of Exeter university wrote the other day, “is almost the Philippines’ Imelda Marcos incarnate. But instead of shoes, Madame Leila collects villas, real estate and bank accounts”. Then there’s the president’s son-in-law and possible successor, Mohamed Sakhr el-Matri whose OTT lifestyle and business interestswere eloquently described, courtesy of WikiLeaks, by the US ambassador.

As stated previously, these riots are important because they challenge the dominant discourse on Tunisia’s politics (or lack there of) in western writing and reporting. Tunisia is by far among the most politically stable countries in North Africa and arguably the one with the healthiest economies. But this is all relative to its neighbors and must be considered in the regional context. If things are going the way they are in Tunisia, what does this mean for other geriatric regimes on the verge of power transitions? What impact will these have, if any at all, on how emerging Arab leaders in Egypt, Algeria, Libya and elsewhere look at their people?

(Source: “Mideastposts” Le 02-01-2011)

Lien: http://mideastposts.com/2011/01/02/tunisia-battle-moves-to-media-for-hearts-minds/

"Sidi Bouzid, mon amour"


Il y avait quelque chose de pourri dans le royaume Sidi Bouzid, chef-lieu de la région la plus déshéritée du pays.

par Taoufik Ben Brik

« Ce que vous allez voir est étonnant, s’exalte-elle devant la rencontre à venir. Quand je l’ai vu pour la première fois, vous savez, tout simplement, je me suis mise à pleurer… regardez cette lumière ! » Andrei Tarkovski

Il y avait quelque chose de pourri dans le royaume Sidi Bouzid, chef-lieu de la région la plus déshéritée du pays. Sidi Bouzid, un tas de villages assemblés autour d’une artère de 3 kilomètres (Habib Bourguiba auparavant, 7 novembre, maintenant), est si moche qu’on a envie de se flinguer à chaque matin que le  bon seigneur nous ramène. Les hommes sont maigres, poltrons, grêles et ne pensent même pas à se barrer. Le chômage crève les plafonds, la pauvreté s’affiche avec superbe, les scandales s’accumulent. Les quartiers sont calmes. Pas de grèves. Pas de manifestations. Et la terreur sévit.
Sur les murs, les enfants de la miséricorde ont tagué : « 20 ans qu’on sème… la merde », « exister, c’est respirer l’angoisse », « personne ne me prendra vivant pour me couper la zizinette ». Les gens ont faim. Le dinar n’achète rien. Chaque chantier à son racketteur. Le gouvernorat navigue à vue. La ville roupille, les gens se démènent au pif et il n’y a personne pour crier «  Basta ». On se demande chaque mois d’où va tomber l’argent pour le loyer et on est trop beurré pour  aller travailler. Alors, on fait la sieste pour oublier. On coule doucereusement, pas de loyer, pas de fringues. On a qu’à barboter, chier, caqueter, picorer, farfouiller… demain ou peut- être dans une heure, la catastrophe va leur tomber dessus et ils seront noyés dans l’écume. Tout le monde a peur de cette peur  qui t’empêche de dormir. Rien ne colle, rien, sauf  la peur.
 Il n’y a plus d’issues. Vous imaginez un pays sans issues de secours ? Tu es triste sans savoir pourquoi tu es triste. Les hommes croient qu’on va les tuer et tuer leurs enfants. Les femmes croient qu’elles vont être violées, torturées. Pas de risque. Les Bouzidi sont des agneaux Ce ne sont  pas eux qui deviennent des loups mangeurs d’agneaux. Regarde tous ces gens. Ils  n’ont pas la force de rouspéter. Ils sont trop humiliés. Ils ont trop peur. Ils ont été trop piétinés. Ils sont las ; hésitants.
Qu’est-ce qui ne va pas ? Un tas de choses, c’est sûr. Que fait-on quand on est pris dans un cauchemar ?
Et puis, un beau jour le grand plouf… C’est ce qui arrive lorsqu’on déshabille les gens de leur peau d’âne. C’est programmé. C’est dans la nature des choses ou c’est la musique du hasard qui provoque la gifle du réveil. On ne comprend pas d’où vient la détonation, mais on la chérit. Doww…dans son film l’Oeuf du Serpent, Ingmar Bergman zoome : «  Regarde cette image Abel. Regarde tous ces gens. Ils n’ont pas la force de faire une révolution. Ils sont beaucoup humiliés. Ils ont trop peur. Ils ont été trop piétinés. Mais dans dix ans. Ceux qui ont aujourd’hui dix ans, en auront vingt. Ils auront hérité de la haine de leurs ainés, mais ils apporteront leur propre idéalisme et leur propre impatience et quelqu’un se présente qui trouve les mots pour exprimer leurs sentiments, qui n’arrivaient pas à exprimer. Quelqu’un parle de grandeur, de sacrifices. Les jeunes, ceux qui n’ont aucune expérience, donnent leur courage et leur foi à ceux qui sont las, hésitants. Alors, il y aura la révolution et notre monde à nous s’effondra dans le feu et le sang. »
Mohamed Bouazizi, l’immolé de Sidi Bouzid, est-ce lui, l’élu, l’homme de la prophétie, celui qui apportera le déluge ? Il porte un nom de mausolée, Bouazizi de Sidi Bouzid. Mohamed brulant vif, au temps où le pays n’avait pas d’âme. Au temps où la terre s’est retirée avec son blé doré, ses antenais  biscornus… Fallait trouver des hommes, comme des arbres, pour donner aux asphyxiés de l’oxygène. Pour qu’au dehors, la rue respire, s’allume et flambe.
Mohamed Bouazizi n’entre pas dans la catégorie des bons ou mauvais protestants. Il ressemble à tous les populos anonymes. D’ailleurs, son acte n’a rien à voir avec les protestations des résistants traditionnels (grèves de la faim ; sit-in, manifestations…). Lui, il a fait preuve d’imagination. Lui, il a riposté différemment. Le fait de surprise et de choc qu’il a produit a dérouté tout le monde. Il a en même temps interpellé la foule autrefois silencieuse. Et, le poète sera généreux : «  nomme-moi offrande, et je m’offrirai ! Sonne le glas de ma mort. Ma gibecière mendie un oiseau qui s’est suicidé et un nuage sans pluie. Devine…je suis…je suis …l’égaré. »
Les enfants de l’Intifada de Sidi Bouzid ont-ils des revendications spécifiques, ceux-là même qui revendiquent l’acte biblique de Bouazizi ? Ils n’appartiennent ni à des partis, ni à des organisations syndicales, ni à des associations de la société civile. Ces jeunes se sont identifiés à Mohamed Bouazizi, qui a commis ce dont ils rêvent de commettre (bruler vif, s’imploser, se mutiler pour dire à ceux qui les ont déshabillé de leur liberté : «  le mal qu’on peut assener à soi est plus cruel que le mal que vous nous faites subir. »
Les chababs de Sidi Bouzid s’insurgent contre une vie morne, de moisissure, sans but. Ils sont nés de l’autre côté de la palissade, le dégoutage au cœur. Ils ont vécu auprès d’un père et d’un grand père humiliés et offensés, à l’échine courbée. Ils existent mais ne vivent pas. Pour eux, ces jours de gabegie, sont des jours de récréation, de création, de noces de sang, un  festival en plein air. Ils veulent vivre, ne serait-ce qu’un jour, la tête haute, pour danser la danse du scalp. La liesse. Sans laisse. Et même si l’ivresse de ces derniers jours ne rapporte rien et que les jours d’après le régime redouble de férocité, ils auront le sentiment d’avoir toisé et fait trembler le système.
"Tuer le maître…"
Un rêve de chien fils et petit fils de chien », une chanson qui te fait danser. Celle qui t’allume la fente, celle qui te colle à ta  chair de poule, c’est le désordre, c’est la vulgaire que j’aime, celle qui crève les sept familles qui pillent le pays, le gros mot, la cochonne. La chanson qui emmerde l’élite, la chanson qui raconte l’histoire, l’histoire imprévue et fugitive, qu’on ne peut stopper, qu’on fredonne dans les prisons, qu’on ne peut pas enchaîner. C’est de l’air. Celle que j’aime se marre, s’oppose à la voix gutturale du muet en chef. Elle dit : « .... ta mère ». Et elle brandit son bras d’honneur. La vague qui fait des vagues.
Les Intifada successives, tout le long de ces deux dernières années, dans le bassin minier de Gafsa, à Benguerdane, ville frontalière tuniso-libyenne, à Sidi Bouzid, sont venus à bout du mythe Ben Ali, le Caligula maghrébin. Relayé par Tunis, Sfax, Gafsa, Jendouba, Kerkana, Médenine, Jendouba, Béja, Sousse, Kef, Bizerte…, Sidi Bouzid a contraint la dictature du général Ben Ali à mettre un genou à terre. Partout le même scénario : un serpent à plumes de mille têtes a envahi la rue en scandant : «  Ettounsi  la youhen, Ben Ali  ya Jaben ! Et d’autres cris plus orduriers. On a vu les  pierres passer, on a deviné que les chabab les ont lancés. On s’est douté que les policiers risquaient de les recevoir. C’étaient comme des zoulous. C’était comme la guerre des boutons. Youyou…
Le mythe de Ben Ali, despote intouchable, intraitable, et imbattable s’est brisé sur un récif d’hommes qui ont recouvert, le temps d’une  Intifada, leur mot à dire. Le Tsahal maghrébin s’est avéré une force de frappe à la portée. A qui on peut déclarer la guerre. Un ennemi qu’on peut défier sans grande perte, ni peine d’ailleurs. Ils font fi de ses représailles. Un régime vieillissant, en fin de règne. Qui touche à sa fin. Ce n’est pas le Ben Ali du tout début. Un général qui a gouverné le pays d’une main de gorille. Insuffler la terreur, obstruer toutes les issues. La seule soupape de sécurité est la Sécuritate. Il a fait de la Tunisie un désert politique où  ne sévit  que lui et des poussières d’individus. Ici et maintenant, ZABA doit composer avec des personnes qui portent tous le nom de Mohamed Bouazizi. Voir Sidi Bouzid et mourir…Et Viva Zapata.

par Taoufik Ben Brik
(Source: Nouveobs le 1er janvier 2010)
Lien: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20110101.OBS5549/tribune-sidi-bouzid-mon-amour.html
Mords la main que tu ne veux plus baiser 
De Sidi Ifni à Sidi Bouzid : la révolte logique des Bac + contre la dictature des Bac –


Fausto Giudice

Démocratie
Le drapeau va au paysage immonde, et notre patois étouffe le tambour.
Aux centres nous alimenterons la plus cynique prostitution. Nous massacrerons les révoltes logiques.
Aux pays poivrés et détrempés ! — au service des plus monstrueuses exploitations industrielles ou militaires.
Au revoir ici, n'importe où. Conscrits du bon vouloir, nous aurons la philosophie féroce ; ignorants pour la science, roués pour le confort ; la crevaison pour le monde qui va. C'est la vraie marche. En avant, route !
Arthur Rimbaud, Illuminations


17 décembre : Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’immole par le feu. 22 décembre : Hocine Neji, 24 ans, s’électrocute sur un poteau électrique. 26 décembre : Lotfi Kadiri, 34 ans, se jette au fond d’un puits.
Ces trois actes de désespoir de jeunes diplômés chômeurs et précaires ont alimenté la révolte qui secoue la Tunisie depuis le 18 décembre 2010. Une révolte qui a pris d’emblée une tournure politique au vrai sens du terme, loin du Karakouz* de la politicaillerie. Les manifestants qui ont déferlé dans les rues de dizaines de villes et de villages s’en prennent tous à la corruption du régime et au manque de perspectives. Le "contrat social" établi par le régime du général Ben Ali - la dictature en échange de la prospérité économique - ne marche plus : l’époque des vaches grasses a pris fin et le général est nu. Il y a plusieurs raisons à cela :
dans la concurrence mondiale entre les pays à bas coûts de main d’œuvre et à haute productivité, la Tunisie est détrônée par la Turquie, la Pologne et la Roumanie – pour ce qui est de la productivité – et par la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Bangla desh – pour ce qui est des coûts de main d’œuvre.
les emplois proposés privilégient la main d’œuvre non qualifiée, laissant de côté les diplômés chômeurs.
l’économie de prédation et le système mafieux mis en place par le clan familial au pouvoir découragent l’investissement dans des activités productrices, les détenteurs de capitaux préférant mettre leur argent dans la spéculation, en premier lieu immobilière, qui ne crée pas d’emplois.
 les seuls diplômés assurés de trouver un emploi sont les ingénieurs. Or, moins de 10% des diplômés tunisiens ont fait des études d’ingénieur, la plupart des bacheliers préférant choisir les sciences humaines, le droit ou l’enseignement.
 la corruption érigée en système administratif fait que les incapables semi-analphabètes ont la priorité sur les diplômés surqualifiés.
chaque famille tunisienne compte au moins un un dplômé de 25-30 ans, bardé de diplômés allant du Bac + 3 au Bac + 8, qui est obligé de rester vivre chez ses parents et qui n’a pas le choix : soit il se contente de "garder les murs" - c’est alors un hittiste -, soit il tente de faire du "bisness" dans le secteur informel – le seul  qui connaisse une forte expansion -, soit il "brûle " et choisit d’affronter la traversée de la Méditerranée dans une embarcation précaire pour tenter  sa chance en Europe, devenant ainsi un "harraga".
Mohamed, Hocine et Lotfi : ce sont les "étranges soldats" de la guerre sociale du XXIème siècle dans ce petit pays, la Tunisie, qui est l’emblème et le symbole des effets ravageurs de la globalisation capitaliste. Un pays étroitement dépendant de l’Union européenne, auquel il est "associé" par un accord qui a entraîné la fermeture d’au moins un tiers des entreprises tunisiennes. 76% des exportations de la Tunisie se font vers l’UE, qui assure 83% des revenus du tourisme et d’où proviennent 90% des transferts d’argent.
 
Ils sont des centaines de milliers de Mohamed, Hocine et Lotfi, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, en Égypte. Selon une estimation prudente, les diplômés chômeurs seraient entre 400 et 500 000 au Maroc, autant en Tunisie, entre 600 et 700 000 en Algérie, et…2, 5 millions en Égypte !

Ils se battent depuis des années, avec l’énergie du désespoir. La révolte déclenchée à Sidi Bouzid le 18 décembre s’inscrit dans un cycle de luttes déclenché au printemps 2008, simultanément au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

Au Maroc, ce sont les jeunes de Sidi Ifni qui ont bloqué l’accès au port de pêche d’où partent les sardines mises en boîte par les entreprises espagnoles installées à Agadir. À l’aube du samedi 7 juin 2008, les forces de prépression ont déclenché une "opération éradication" d’une violence inouïe contre le sit-in sous la tente des jeunes diplômés chômeurs.

Au même moment, la jeunesse de Redeyef et Gafsa, en Tunisie, se soulevait, entraînant pratiquement toute la population dans sa révolte. Ici aussi, la réponse fut une répression impitoyable, qui fit des morts, des blessés et jeta en prison un certain nombre de révoltés.

Auparavant, c’était les jeunes de Gdyel, dans la banlieue autrefois rurale d’Oran, en Algérie, qui s’était révoltés, mettant le feu aux bâtiments du pouvoir. Dans les trois cas, la cause immédiate des révoltes était la même : les jeunes diplômés chômeurs en avaient assez de ne pas obtenir de réponse à leurs revendications, de voir les concours d’embauche privilégier des parents et des proches des gens du pouvoir, souvent étrangers à la région et peu qualifiés, et d’être réprimés dans leurs tentatives de s’en sortir.

À Gdyel, les policiers avaient pris l’habitude de répandre du détergent sur les étals de poissons mis en place par les jeunes précaires, étals "sauvages" puisqu’ils n’avaient pas accès aux étals officiels du Souk El Fellah (marché) local. À Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi, diplômé de l’Institut supérieur d’informatique de Mahdia, s’était mis à vendre des fruits et légumes sans autorisation. Les policiers lui avaient confisqué ses produits, ce qui a provoqué son geste de protestation.

Toutes ces révoltes ont des caractéristiques communes :
Sous leur apparence spontanée, elles sont organisées. Les jeunes diplômés chômeurs se connaissent tous, se voient tous les jours, dans les mêmes rues, dans les mêmes cyber-boutiques. Ils ont tout le temps pour mettre au point leurs actions de résistance.
 Ils ont une méfiance absolue dans tout ce qui se présente comme "politique" – officielle ou opposante – et ne font confiance qu’à ceux qu’ils connaissent eux-mêmes, leurs pairs d’âge, les membres de leurs familles élargies, leurs enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur.
 Ils constituent une nouvelle classe, le cognitariat, équivalent du XXIème siècle du prolétariat du XIXème et du XXème siècle. Les prolétaires étaent ceux dont l’unique richesse était leur proles – leur progéniture en latin. Les cognitaires sont ceux dont la connaissance - cognitio en latin – est l’unique richesse. Ils savent tout de ce qui se passe dans le monde et aucune des barrières électroniques dressées par le régime – il y a en Tunisie un bon millier de policiers uniquement chargés d’Internet – ne les empêche d’accéder aux informations disponible sur la Toile dans toutes les langues du monde. Les pages créées sur Facebook par les jeunes de Sidi Bouzid comptent désormais des milliers d’inscrits.
Les deux armes principales de ces jeunes sont donc le téléphone portable et Internet. À Sidi Bouzid, comme à Sidi Ifni, les images filmées sur des portables ont connu une diffusion mondiale, grâce à Facebook, Youtube et le relais des chaînes satellitaires arabes, en premier lieu Al Jazeera. Et la réaction du régime tunisien a été la même que celle du makhzen marocain : il s’en est pris à Al Jazeera, devenue l’incarnation de la fameuse " main invisible de l’étranger " à laquelle de tout temps, les dictatures ont attribué les révoltes logiques. Ce qui fait rigoler tout le monde.
Cette intelligence collective à l’œuvre dans les révoltes se heurte à la stupidité, à la veulerie, à l’impudence, bref au caractère totalement amoral du régime en place, qui n’est qu’une bande de profiteurs faisant étalage de leur richesse d’une manière qui ne peut que susciter la haine. Que peuvent penser les petites gens des palais des gens de la Famille régnante, de leurs jets privés, de leurs allers-retours entre Hammamet, Saint-Tropez et les Maldives ? Comment les jeunes en cage ne pourraient-ils pas s’identifier à "Pacha", le tigre que Sakher El Materi et Nesrine Ben Ali nourrissent dans leur palais de Hammamet ? Un tigre en cage restera tranquille et dépressif tant qu’il sera bien nourri. Mais il suffira qu’un jour, il n’ait pas sa ration de viande et là, il risque de manger la main qui ne le nourrit plus. Et le bras avec.

La jeunesse tunisienne est en train renverser le proverbe ottoman "Baise la main que tu ne peux mordre" : "Mords la main que tu ne veux plus baiser". Les Bac+ ont entamé une marche qui ne pourra conduire qu’à la chute lamentable de celui que le peuple appelle "Bac - 12", et dont l’ambassadeur US lui-même, Robert F. Codec, écrivait en 2009 qu’il n’y avait plus rien à attendre. Il aura beau pérorer, gesticuler et prendre des mesurettes, il ne pourra pas endiguer le tsunami qui l’emportera, lui et sa smala. Mektoub – c’est écrit.

* Karakouz : du turc Karagöz (Œil Noir), un des deux personnages traditionnels du théâtre de marionnettes ottoman. Karagöz est un homme du peuple illettré proche du public tandis que Hacivat appartient à la classe éduquée et s'exprime en turc ottoman en utilisant des tournures littéraires et des termes poétiques. En Tunisie, le terme Karakouz désigne la politique politicienne, que l’on peut résumer ainsi : d’un côté le RCD d'UBUenali et ses 5 appendices béni oui-oui, le MDSPUPUDUPSLPVP ; de l’autre les  4 ou 5 groupuscules de l'opposition extra-parlementaire, aussi appelés "l'Hôtel Majestic" (du nom d'un hôtel de Tunis où leurs chefs aiment se retrouver), qui pourraient tenir leur congrès d'unification dans une cyber-boutique et dont les leaders passent plus de temps à Paris qu'à Tunis.Congrès d'unification qui ne risque jamais d'avoir lieu tant ces mêmes leaders, tous plus "charismatiques" et imbus d'eux-mêmes les uns que les autres tiennent à avoir chacun son propre joujou.
 
(Source:  Tlaxcala le 31 decembre 2010)
Condoléances
 


Le président de la section  de la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme de Kélibia/ Korba, notre ami M.Abdelkader DARDOURI, 72 ans, vient de nous quitter ce dimanche du 02 janvier 2001 à l'hôpital de Nabeul.
 
Un homme de principes et de grandes valeurs de liberté et de démocratie, la LTDH vient de perdre un fervent défenseur d'une ligue libre et indépendante, dévoué depuis plus de quarante ans aux causes justes de justice et de liberté et ce depuis les manifestations des années soixante.
 
Professeur,écrivain et  essayiste, il a toujours mis sa plume au service de la liberté et de la démocratie; il  vient de publier ces derniers jours un recueil poétique de grande qualité sous la menace et le harcèlement policier La veille de sa mort, la chaîne El Jazeera a présenté son recueil....Il fut sur le terrain du militantisme jusq'aux derniers jours de sa vie et  meurt debout malgrè sa maladie.  
 
Nous  présentonsnos nos sincères condoléances à son épouse Aouicha et ses enfants Sarhane, Oussama, Wael et Souheir, à ses amis et proches ainsi qu'à  touts les  défenseurs  de la démocratie et de la liberté en Tunisie .
 
Repose en paix cher ami, nous ne t'oublierons pas.
Tes amis de toujours FATMA et KHEMAIS KSILA

 

Home - Accueil - الرئيسية